Abonnement     Lettre de nouvelle

Sommaire du n° 101 jul - sep 1992

 



Un grand prédicateur calviniste :
Jonathan Edwards

Paul Ranc

Qui connaît Jonathan Edwards? Peu, de nos jours. Et pourtant, lors d'un sondage d'opinion publique effectué en... 1900, seul Georges Washington, le premier président des Etats-Unis, remporte le plus de suffrages devant le pasteur Jonathan Edwards! Mais qui est cet homme, contemporain de Whitefield, très connu outre-atlantique et pratiquement inconnu dans nos pays francophones d'Europe? D'autant plus étonnant que les superlatifs qui lui sont attribués sont énormes. Jugez plutôt: «le plus grand revivaliste de l'Amérique», «le plus brillant interprète de Calvin» ou encore «le porte-parole du peuple de Dieu en Amérique»!

Une conversion en trois semaines

Jonathan Edwards est né en 1703 dans le village d'East Windsor, dans le Connecticut. Fils et petit-fils de pasteur, seul garçon d'une famille de onze, il a toujours manifesté une piété personnelle. Lorsqu'il était enfant, il aimait construire des cabanes au milieu des champs afin de pouvoir s'y retirer et prier. A l'âge de treize ans, il partit faire des études à Yale. Par la suite il étudia la théologie. Le souvenir que laissa Edwards fut celui d'un étudiant «sobre, renfermé, austère et rigide»...

Après avoir terminé ses études de théologie, il fut invité en 1722 par une petite église presbytérienne de New-York. C'est là qu'il se convertit: Selon ses biographes, sa conversion dura trois semaines! Trois semaines de luttes et de combats qui l'amenèrent à une profonde transformation spirituelle. Sa piété connut une nouvelle ferveur et ce fut pour lui le point de départ d'un ministère fructueux.

Jonathan Edwards quitte New-York en 1723 et devient répétiteur à Yale. Il tombe sérieusement malade et il s'en remettra difficilement. Puis il exercera une suffragance dans le village de Bolton. Enfin, en 1727, il se fixe à Northampton où il devient le pasteur de l'église presbytérienne. C'est là qu'Edwards épousera Miss Sarah Pierrepoint, «une jeune dame animée par ce Grand Etre qui a fait le monde et le gouverne». Les Edwards y vivront un mariage heureux et auront onze enfants.

Le «Grand Réveil»

Au moment de l'installation du pasteur Edwards, la situation religieuse de la Nouvelle Angleterre était catastrophique. Le puritanisme était froid. Par ailleurs, c'était le relâchement religieux et Edwards en souffrait beaucoup. Il cherchait vainement un remède capable de réveiller ses paroissiens...

Jonathan Edwards pria alors pour le Réveil. Il s'imposa une vie sévère et stricte: lever à quatre heures (cinq heures en hiver) et treize heures par jour dans son bureau pour méditer la parole de Dieu et pour prier! Ce qui ne l'empêchait pas de faire des visites et de s'occuper de sa famille. Le résultat ne se fit pas attendre...

Le pasteur de Northampton comprit progressivement que le danger venait de la confusion qu'il y avait entre l'Eglise et le monde. L'Eglise, en perdant contact avec les réalités spirituelles, devient amorphe et insensible aux appels de Dieu. Le libéralisme doctrinal et le relâchement des moeurs en sont les premières conséquences.

En 1734-35, sa paroisse fut touchée par le «Great Awakening». Edwards, saisi par le Réveil, donna alors des sermons qui déclenchèrent toute une série de conversions. La «moisson des âmes» était telle que le village de Northampton devint «une cité sur la montagne». Le message d'Edwards était centré sur deux points: la corruption totale de l'homme et la grâce souveraine de Dieu. Ce qui était extraordinaire, c'est qu'Edwards n'était pas un prédicateur doué de dons vocaux (comme ce fut le cas pour Whitefield), mais sa voix était faible et parfois à peine audible. Ce qui n'empêcha pas ses auditeurs d'être saisis par une profonde conviction de péché, et parfois de crainte et de tremblements...

En 1741, c'est l'embrasement du «Grand Réveil». Toute la Nouvelle Angleterre est enflammée par le feu du Réveil. La venue de George Whitefield va accentuer la flamme et cela va se traduire par un très important mouvement de conversions. De l'avis des historiens, le «Grand Réveil» - qui durera jusqu'à 1760 - a profondément bouleversé le paysage religieux de la Nouvelle Angleterre, et même des Etats-Unis.

Le problème de la Cène

La discipline religieuse était stricte, pour lui comme pour les autres. Cela l'amena à une profonde réflexion théologique qui dura vingt ans. Il étudia en particulier la doctrine de la Sainte-Cène. Il se posa ainsi la question: «Faut-il donner la Cène à tous, convertis et inconvertis» ? Edwards arriva à la conclusion que seuls les régénérés pouvaient prendre le pain et le vin. Ce virage de sa pensée a été le commencement de ses ennuis.

Jonathan Edwards ne donnait plus la Cène à ceux dont la conversion était douteuse et il s'attira de solides inimitiés. Il tint bon et il poussa même à aller scruter la vie personnelle de ses paroissiens! Bien entendu, cela déclencha un tollé, mais le réveil ne s'éteignit pas pour autant.

Ces mesures furent peu prisées par un certain nombre de paroissiens. Après une longue crise, Edwards se résolut à donner sa démission, bien qu'il eût encore huit enfants à charge.., Il vécut alors dans un état de grande pauvreté à Stockbridge. Sa femme et ses filles furent obligées de confectionner des éventails en papier pour les vendre. Malgré cela, Edwards continua son activité d'évangélisation parmi les Indiens. Cependant, l'activité principale d'Edwards fut la rédaction d'ouvrages théologiques de grande valeur (1). Il publia entre autres un traité dans lequel il développa ses vues sur la discipline dans l'Eglise. Incroyable, mais vrai: quelques années après, ce traité fut accepté dans la plupart des églises réformées américaines.

A la fin de l'année 1757, il fut nommé président d'un collège. Il mourut peu après, le 22 mars 1758, emporté par la petite vérole. Sa femme Sarah, qui avait été admirable de courage et d'abnégation, ne lui survivra que quelques mois.

Le message de Jonathan Edwards

Il est impossible de décrire ici la pensée de Jonathan Edwards. Son oeuvre est immense et sa théologie renferme des trésors inestimables (2). Soulignons cependant qu'il a été, comme Whitefield, le proclamateur de la grâce. Toutes ses prédications et ses livres portent la trace indélébile de la grâce de Dieu. Le salut est pure grâce et il est l'oeuvre du Dieu souverain. En d'autres termes, cela signifie qu'Edwards croit en la corruption totale de l'homme. Le revivaliste américain va loin: il dit que la chute n'est pas une «blessure locale», mais un cataclysme! Tout est corrompu chez l'homme, même sa volonté et son intelligence. Edwards met donc en évidence deux points: La souveraineté absolue de Dieu et la dépravation totale de l'homme. Ainsi, Jonathan Edwards se situe dans la lignée de Calvin.

Dieu d'abord

Jonathan Edwards a été tout au long de sa vie le type même du pasteur de réveil. Il a été celui qui a prêché l'équilibre entre la foi du coeur et la raison. Pour lui, le but de la vie chrétienne, c'est de connaître Dieu avec son coeur comme avec son intelligence renouvelés par l'Esprit. En découvrant Dieu et sa volonté, l'homme régénéré manifeste la «vertu parfaite» et glorifie ainsi son Créateur.

Edwards a été un instrument du «Grand Réveil» américain, mais il a payé le prix de sa fidélité à Dieu. Parce qu'il a mis Dieu à la première place, et en particulier à cause de ses positions évangéliques sur la Cène, il a connu des années d'épreuves et de dénuement.

Quelle leçon pour nous? Nous désirons un Réveil? C'est bien. Mais sommes-nous vraiment prêts à en payer le prix? Edwards, Whitefield et bien d'autres l'ont fait. Et nous, sommes- nous prêts à suivre leur exemple?

Notes
(1) Parmi les titres, citons: L'investigation sur le libre arbitre, La défense de la grande doctrine chrétienne du péché originel et surtout L'histoire de l'oeuvre de la Rédemption.
(2)A l'attention de ceux qui lisent l'anglais, nous signalons que la plupart des ouvrages de Jonathan Edwards sont constamment réédités. A quand une édition française ?

P.R.
What is Promesses ? Accueil  |  Catalogue  |  Recherche  |  Liens  |  Impressum  |  La Bible