Abonnement     Lettre de nouvelle

Sommaire du n° 101 jul - sep 1992

 



Connaître Dieu

Jean Chopard

Besoin profond et recherche constante de l'humanité (Act 17;27), cette secrète préoccupation de 1'homme constitue pour lui un rêve irréalisable par ses propres moyens (1 Tim 6.16). Dieu ne peut être connu que si, et dans la mesure où, il se révèle.

Il le fait de 3 manières, selon le Psaume 19:
   1. par la création (v. 1-6; Rom 1.20),
   2. par les Ecritures (v. 7-11; 2 Tim 3.16),
   3. par la conscience (v. 12-14; Rom 2.15).

L'idée la plus courante de Dieu fait de lui «Le Tout-Puissant». Assurément, il l'est. Toutefois, l'Ecriture souligne 4 caractères essentiels de Dieu, en mentionnant 4 actions qu'il s'interdit!

1. Dieu ne peut mentir (Tite 1.2; Nom 23.19) = Vérité

Au premier contact avec autrui, il est capital de savoir s'il est véridique (futur conjoint, partenaire professionnel ou social, etc.). C'est encore plus fondamental lorsqu'il s'agit de Dieu qui nous interpelle. Sa Parole est la Vérité (Jean 17.17); Jésus lui-même aussi (Jean 14.6). Jamais il ne put être confondu, même par de faux témoins. Il est, comme l'Ecriture, entièrement digne de foi.

Tite 1.2 rapporte sans doute la plus ancienne promesse formulée, antérieure aux âges successifs de l'humanité (à l'existence du temps lui-même ?).A ce point, Dieu ne put que se prendre à témoin lui-même en s'engageant, envers lui-même, à procurer la vie éternelle aux hommes, bien avant leur existence ! Ce serment rappelle Héb. 6.13- 18.

2. Dieu ne peut être tenté par le mal (Jac 1.13: Hab 1.13) = Sainteté

Loin d' être l'apanage de quelques illustres croyants ( «canonisés» ou non), la sainteté se caractérise par une séparation absolue de tout contact avec le mal, sous quelque forme que ce soit.

Le Dieu trois fois saint (Es 6.3) ne veut rien de moins que cette position et cet état pour le racheté, ainsi «mis à part» pour Dieu.

Le croyant, au contraire, connaît en lui-même la lutte constante de la chair et de l'esprit (GaI 5.17).

Sur terre, Jésus fut Le Saint de Dieu (Jean 6.69), le saint et le juste rejetés (Act 3.14). Au ciel maintenant, il est le souverain sacrificateur saint (Héb 7.26), c'est-à-dire séparé des pécheurs et du péché lui-même.

3. Dieu ne peut tenir le coupable pour innocent (Ex 34.7; Nom. 14.18; Nahum 1.3) = Justice

Un Dieu qui ne serait pas juste choquerait profondément la conscience. Sa loi est sainte, juste, bonne (Rom 7.12), mais aussi, comme telle, implacable contre le pécheur.

C'est pourquoi il fallut que l'innocent prenne la place du coupable, sur la croix, pour que le pécheur soit justifié (Rom 3.26) et, même, devienne l'expression accomplie de la justice de Dieu (2 Cor 5.21) !

4. Dieu ne peut se renier lui- même (2 Tim 2.13) = Fidélité

Jésus-Christ est le même hier, et aujourd'hui, et éternellement (Héb 13.8). Il correspond ainsi à l'Eternel (Es 46.4).

Tandis que nous changeons constamment (2 Cor 4.16), il est précieux de s'appuyer, par la foi, sur le Rocher des siècles, pour le temps et l'éternité.

Dans tous les domaines de la vie présente, Dieu affirme sa fidélité envers les siens; c'est peut-être dans l'épreuve qu'on y recourt le plus (1 Cor 10.13).

Privilège du croyant, la connaissance de Dieu comporte aussi une responsabilité, parfois mal comprise, dénoncée et sanctionnée par la parole de Dieu (1 Cor 15.34).

C'est dans la vie de piété constante et progressive que s'approfondit la connaissance de Dieu (2 Pi 1.3-9).

A cet effet, l'enfant de Dieu a reçu une intelligence spirituelle, selon 1 Jean 5.20. N'est-il pas frappant, dans ce passage, d'une part, de découvrir le Père et le Fils si semblables qu'ils se confondent et d'autre part de retrouver, en conclusion, la vie éternelle et le Véritable en étroit rapport réciproque, comme dans la promesse de Tite 1.2, dont les effets se prolongent jusqu'à nous et au-delà ?


J.C.
What is Promesses ? Accueil  |  Catalogue  |  Recherche  |  Liens  |  Impressum  |  La Bible