Abonnement     Lettre de nouvelle

Sommaire du n° 115 jan - mar 1996

 



Doctrines en vogue
parmi les prophètes
de la deuxième Pentecôte ?

Tricia Tillin

Cet article, qui a été publié par Banner Ministries (Angleterre) dans sa forme initiale, est une adaptation. Le texte original est de Tricia Tillin, et cette version condensée de C.-A. Pfenniger

Beaucoup voient dans les manifestations surnaturelles observées à l'église Vineyard de l'aéroport de Toronto comme un nouveau mouvement spontané de l'Esprit. Qu'y-a-t- il au juste à la source de ces phénomènes?

I) De quels fruits parlons-nous?

Les «supporters» du mouvement de Toronto nous encouragent à «regarder au fruit». C'est ce que nous voulons faire ici. Selon la Bible, la qualité d'un fruit dépend de la nature de l'arbre qui le porte, et des racines qui l'alimentent (cf. Mat 7.15-20; Jér 17.8). Il n'est donc pas inutile de connaître les racines de la «bénédictions de Toronto».

Notre critère d'évaluation ne sera autre que la Parole de Dieu, et c'est en nous appuyant sur elle que nous devrons décider si les expériences «surnaturelles» telles que la paralysie subite et momentanée, les comportements assimilables aux crises d'infantilisme ou de lycanthropie (délire de celui qui se prend pour un animal), les états de transe, les pleurs, les rires hystériques, les chutes, etc. sont des indicateurs de vraie spiritualité.

De plus, nous devrons interroger la même Parole pour décider si les fruits qui semblent découler de ces expériences, à savoir la guérison physique, ou l'amour, ou la joie, ou la paix, ou le courage, sont, en eux-mêmes, des preuves incontestables de la sainte origine de ce «Renouveau».

Notons d'emblée que les adeptes de bien des religions, ou les personnes familières des thérapies alternatives, peuvent témoigner de «fruits» analogues. Il en va de même pour ceux qui ont goûté au yoga ou à la réflexologie. Des disciples de religions non-chrétiennes relatent des «rencontres surnaturelles» qui ont bouleversé leur vie. C'est pourquoi il nous sera indispensable d'examiner la doctrine sous-jacente au mouvement de Toronto - l'expérience seule n'est pas assez révélatrice. En confrontant cette doctrine au message biblique, nous y verrons plus clair.

Et souvenons-nous, en guise d'avertissement, que le fruit défendu auquel Eve a donné sa préférence était bon à manger et agréable à la vue, et qu'il était précieux pour ouvrir l'intelligence (Gen. 3.6). Il n'en était pas moins mortel.

II) Les miracles doivent-ils avoir le dernier mot?

Qu'il suffise de citer Mat 7.21- 23: Ceux qui me disent: Seigneur, Seigneur! n'entreront pas tous dans le royaume des cieux, mais seule- ment celui qui fait la volonté de mon Père qui est dans les cieux. Plusieurs me diront en ce jour-là: Seigneur, Seigneur, n ' avons-nous pas prophétisé par ton nom ? n' avons-nous pas chassé des démons par ton nom? et n 'avons-nous pas fait beaucoup de miracles par ton nom ? Alors je leur dirai ouvertement: Je ne vous ai jamais connus, retirez-vous de moi, vous qui commettez l'iniquité, pour démontrer qu'un miracle ne peut, en lui-même, prouver que celui qui en est l'instrument, ou le bénéficiaire, agit forcément en accord avec la volonté de Dieu.

III) Comment la Parole de Dieu est-elle traitée par les inspirateurs du mouvement de Toronto?

D'une manière générale, disons que ceux-ci sont parvenus à marginaliser l'Ecriture. L'équilibre de son message est rompu, et les seuls textes abondamment cités (mais de manière disparate, et souvent hors contexte) sont les versets qui semblent accréditer les manifestations inhabituelles.

Pour comprendre cet usage particulier de la Bible, il faut remonter à celui qui fut le principal instrument du «Renouveau»: Rodney Howard-Browne. Actif aux Etats-Unis dès 1987, présent à la télévision, engagé à fond dans un ministère de prédicateur itinérant (550 «rencontres du Renouveau» en 1992!), cet homme se fit remarquer lorsque, en mai 1993, il présenta une série de 15 conférences à l'église Carpenter's Home Church, Lakeland, Floride (Pasteur: Karl Strader). On commença dès lors à parler du «Réveil du rire» (voir revue Charisma magazine, août 1993).

L'impact du ministère de Rodney Howard-Browne sera déterminant dans la vie d'un pasteur nommé Randy Clark(St-Louis). C'est ce dernier qui, en donnant dans l'église Vineyard de Toronto un compte-rendu enthousiaste de ses expériences, va transmettre le feu du «Renouveau», au début du mois de janvier 1994.

Ces événements avaient du reste des précédents puisque, en janvier 1991 déjà, le fondateur des églises Vineyard, John Wimber, avait conduit une conférence intitulée Revival Fire à Anaheim, en Californie. A cette occasion, on avait pu voir des participants pleurer sans pouvoir s'arrêter, rire hystériquement, sauter, trembler et produire des bruits d'animaux.

Ces quelques rappels historiques devraient suffire à établir que le «Renouveau» que nous examinons plonge ses racines ailleurs qu'à Toronto, et qu'on ne peut comprendre ce mouvement en profondeur si l'on ne se penche pas attentivement sur les positions doctrinales des pères spirituels de John Arnott, pasteur du Vineyard de Toronto. En voici quelques points forts:

a) Les «temps de rafraîchissement»

Les partisans du mouvement de Toronto, après avoir constaté que «l'effusion de l'Esprit» à laquelle ils prennent part ne produit que peu de réelles conversions, ont choisi de décrire leur expérience comme les «temps de rafraîchissement» dont il est parlé en Actes 3.19-21: Repentez- vous donc et convertissez-vous, pour que vos péchés soient effacés, afin que des temps de rafraîchissement viennent de la part du Seigneur, et qu'il envoie celui qui vous a été destiné, Jésus-Christ, que le ciel doit recevoir jusqu'aux temps du rétablissement de toutes choses, dont Dieu a parlé anciennement par la bouche de ses saints prophètes d'autrefois. Comment comprendre cette expression?
-Ces versets sont extraits d'un discours que l'apôtre Pierre adresse à des Juifs incroyants. Il les appelle à la repentance, en vue de leur salut individuel, mais aussi en vue de la restauration finale du Royaume d'Israël, au retour de Jésus-Christ. Cette promesse est donc liée au retour visible de Christ, événement conjoint à la conversion nationale d'Israël (cf Rom 11, en particulier v.12-15; Zach 12.10,11; 14.1-11) et à sa réintégration. N'utilisons donc pas cette promesse pour prophétiser un fabuleux renouveau de l'Eglise. Du reste, même pour les chrétiens, le repos et la victoire finale sont intimement liés au même avènement (cf II Thes 1.7; I Pi 1.13; 4.13).
-Lorsque les prophètes de l'ancienne Alliance parlaient des "temps de la restitution" (ou du rétablissement de toutes choses), ils avaient à l'esprit la restauration physique de la nation juive. Le mot grec qui correspond à l'expression hébraïque est «apokatastasis»; il n'est utilisé qu'une fois, en Actes 1.6: Alors les apôtres réunis lui demandèrent: Seigneur, est-ce en ce temps que tu rétabliras le royaume d'Israël? Le terme indique une restauration. Il est composé du préfixe «apo», qui traduit l'idée de «retour», et du verbe «kathistémi», qui signifie «mettre en ordre». Ce mot est proche de celui que le Seigneur utilise en Mat 19.28 pour décrire l'époque que son retour visible inaugurera: Je vous le dis en vérité, quand le Fils de l'homme, au renouvellement de toutes choses, sera assis sur le trône de sa gloire, C'est de ce temps que nous parle l'Ancien Testament ( cf Ps 2.6-l2; 110; Es 51, 52, 54, 60, etc.). Or, les présupposés théologiques de bien des inspirateurs du mouvement de Toronto les empêchent de saisir le sens évident de tous ces passages, car ils ont adopté la théorie du «remplacement», selon laquelle toutes les promesses faites à Israël doivent être spiritualisées et appliquées au peuple de l'Eglise. A vouloir suivre un pareil enseignement, il faudrait, en toute bonne logique, refuser à la nation d'Israël le droit de posséder son propre pays !

b) L'«agenda caché»

Même si les commentaires qui suivent peuvent surprendre certains croyants favorables au mouvement de Toronto, parce qu'ils ignorent les faits que nous évoquons, il nous paraît juste de faire état de théories qui amènent leurs auteurs à proclamer la dispensation d'une nouvelle Pentecôte.

Certains leaders charismatiques parlent en effet de «quelque chose qui est en train de naître dans l'Eglise»: «Dieu est en train de lever une armée». Et comment donc cette ère nouvelle va-t-elle s'installer? Ils nous répondent: «N'analysez pas! Laissez venir sans vous demander ce que ce remue-ménage signifie. Laissez les gens se faire plaisir. Vous aurez bien le temps, plus tard, pour vous poser des questions».

L'attitude de ces prophètes d'une nouvelle Pentecôte pointe immanquablement dans la direction de l'enseignement du mouvement du Latter Rain ( «pluie de l'arrière-saison», expression empruntée au passage de Joël 2.23).

A la fin des années 1940 et au début des années 1950, pendant le Renouveau pentecôtiste sur la guérison, un groupe d'hommes, connus plus tard comme les enseignants du Latter Rain, émergea de façon particulière. L'un d'eux se nommait Paul Cain. Après une période d'obscurité, ce dernier refit surface dans les années 1990. Il fut l'un des «prophètes» de Kansas City, travaillant sous la coupe de John Wimber et dans le cadre des églises Vineyard. Son enseignement est resté dans la ligne du Latter Rain.

Cet enseignement fut rejeté, à juste titre, par les Assemblées de Dieu (pentecôtistes), en 1949. Parmi les hérésies de cette nouvelle école, signalons la croyance en l'apparition d'une élite d'hommes-enfants destinée à dominer sur les nations et à régner «dans les cieux», tout en surveillant le jugement terrible exercé sur les représentants de «l'ancienne génération», c'est-à-dire des églises dénominationelles. De plus, c'est à cette élite que serait réservée une Seconde Pentecôte, la rendant capable d'incarner Christ au point de devenir parfaite et invincible, prête à renverser les puissances démoniaques invisibles.

Cette Seconde Pentecôte est censée éclater au Canada, pour se répandre ensuite jusqu'aux extrémités de la terre. Nous citerons ici la préface du livre de Richard Riss: The Latter Rain. Elle fut rédigée en 1987 par James Watt qui, en 1974, était l'assistant pasteur d'Ern Baxter à Surrey, Colombie Britannique, Canada: «Dans un sens, l'accomplissement de la Fête des Tabernacles vint avec le souffle des trompettes depuis North Battleford... Le temps du renouvellement de toutes choses est en train de s'accomplir... Selon Paul Yonggi Cho de Corée et selon 20 autres prophètes, le dernier agissement de l'Esprit jaillira du Canada, et de 70 villes du Canada il se propagera aux 210 autres nations de la terre avant le retour de Jésus-Christ».

Marc Dupont, du Toronto Vineyard, écrit qu'il voit Toronto comme une des sources majeures du renouveau mondial. Il proclame avoir reçu à deux reprises une prophétie significative (mai 1992, juin 1993): une forte vague de Toronto coule puissamment depuis l'est et traverse le Canada. Il compare le renouveau actuel avec le ministère de Jean Baptiste, précurseur du Christ. Il croit qu'il aboutira à un renouveau majeur parmi les nations de l'Occident dans les années 2000 à 2005 (voir l'article Mantle of Praise et le Magazine Alpha de septembre 1994).

Du même Marc Dupont, cette phrase intrigante: «Ce mouvement de l'Esprit en 1994 n'est pas seulement une expérience pentecôtiste et charismatique au sujet de la puissance et des dons. Il est une chose de se couvrir de puissance, et une autre chose de s'imbiber de la Personne de Dieu».

Pour saisir le sens de tels propos, il faut rappeler que selon les enseignants du Latter Rain, la première Pentecôte incita les croyants à être «revêtus de la puissance d'en haut» (cf Actes 1.8). Quant à la seconde Pentecôte, elle permettra l'incarnation du Christ dans son Corps, l'Eglise. Cette conviction leur est venue de leur interprétation symboliste de la Fête des Tabernacles, fête anciennement destinée à célébrer la présence de Dieu au milieu de son peuple. Ils infèrent de cette célébration que le jour vient où nous ne ferons plus la distinction entre Jésus-Christ (Chef et Tête de l'Eglise, qui siège à la droite de Dieu) et l'Eglise {le Corps des croyants qui vivent sur la terre), car seul existera l'Homme Parfait, remplissant à la fois le ciel et la terre. Voilà donc à quoi aboutirait l'épanchement final de l'âge de l'Eglise!

A l'appui de leurs thèses, les tenants de cette position citent des passages tels que Eph. 1.15-23; 4.11- 16, mais une étude, même rapide, de ces versets nous démontrera qu'il n'est jamais possible d'abolir la distinction entre Christ et son Epouse (lisons à ce sujet I Cor 15.20-28; Eph 5.22-32; Il Cor 5.1-10).

c) Les enseignements de la Restauration

Aux hérésies du Latter Rain, on peut associer celles du Mouvement de la Restauration. Bien que peu de gens en soient conscients, ces enseignements ont fortement influencé l'évolution des églises charismatiques. Quelques rapprochements s'imposent:
-Le mouvement de la Restauration (Shepherding/Restoration movement) a été fondé, entre autres, par Erik Baxter (l'un des «Cinq» de Fort Lauderdale, Floride). Il a travaillé avec William Branham (fondateur d'une secte hérétique) au temps du Renouveau du Latter Rain, et avec- Georges Warnock, qui fut son secrétaire personnel.
-Un des collaborateurs habituels du «Vin nouveau», le magazine le plus important du renouveau charismatique, fut, au début des années 70, un dénommé John Poole. Ce leader réputé du renouveau charismatique des années 1960 et 1970 était fils de Fred Poole, un des principaux enseignants du Latter Rain Movement.

Mais on n'en finirait pas de détailler tout ce réseau d'étranges parentés. Citons plutôt Richard Riss, auteur d'un livre favorable au Latter Rain: «Il est impossible de mesurer l'étendue de son influence (=du Latter Rain), bien qu'il semble acquis qu'au sein même du Renouveau charismatique, un certain nombre d'individus dévoués aux différentes «vérités des derniers temps» propagées pendant le réveil du Latter Rain, ait contribué au développement d'un mouvement sousterrain».

Nous nous référons maintenant au livre de Georges Wamock, «La Fête des Tabernacles», pour faire un bref recensement des enseignements du Latter Rain qui ont pénétré le Renouveau charismatique et le Mouvement de la Restauration:
-L'Eglise a définitivement remplacé Israël; toutes les promesses réservées à Israël sont transférées sur l'Eglise
les doctrines pré-millénaristes sont écartées: on ne croit plus à la succession classique des événements de la fin: enlèvement de l'Eglise, règne de l'Antichrist et Grande Tribulation, retour de Christ, Millénium
-les méchants seront enlevés de la terre pour être jugés, mais l'Eglise restera
-l'Eglise doit «posséder le pays», c'est-à-dire gouverner le monde, avant le retour de Christ ( «mandat de la domination» )
-les croyants doivent ébranler les puissances célestes et prendre leur place pour gouverner la terre
-certaines nouvelles révélations et doctrines secrètes ne seront comprises que par les «vainqueurs»
-l'Eglise va passer par une phase de purification qui permettra à Christ d'habiter pleinement dans son Corps et de le rendre parfait, invulnérable au péché
-la restauration des ministères d'apôtres et de prophètes, nécessaire pour amener la perfection des saints (ministère du «shepherding»)
-l'imminente unité de tous les croyants, nécessaire pour que Christ puisse s'incarner dans son Corps
-la manifestation des Fils de Dieu; ceux qui se seront laissés amener à la perfection par le ministère des Apôtres, des Prophètes et des Enseignants auront «la mesure de la stature de la plénitude du Christ». Le monde assistera ainsi à la Naissance de l'Homme-Enfant, à l'avènement d'une élite nommée l'Armée puissante du Seigneur (l' «Armée» de Joël), ou la Prêtrise de Melchizédek (par opposition au vieil ordre de la Prêtrise Aaronique, c'est-à-dire aux diverses dénominations chrétiennes actuelles, destinées à la destruction), ou encore la Compagnie de Moïse et d'Elisée, les Vainqueurs etc. Cette classe supérieure de "Fils de Dieu" aura la puissance de juger les ennemis de Dieu, et de détruire tous ceux qui refusent de «se repentir»
-la venue invisible et spirituelle de Christ dans son Corps, préfigurée par la Fête des Tabernacles, et manifestée par la joie. C'est la Seconde Pentecôte: Christ va habiter tout son Corps. Lors de la 1ère Pentecôte, il s'est limité à habiter des individus isolés
-miracles et prodiges vont accompagner la manifestation des Fils de Dieu. Leur oeuvre débouchera sur une grandiose «Moisson de la Fin des Temps» de portée mondiale
-la mort sera détruite par l'Eglise régnante (référence à I Cor 15.24-26, interprété, hors contexte, à la mode Latter Rain), car Jésus ne peut revenir physiquement avant que tous ses ennemis, y compris la mort, n'aient été anéantis.

Tous ces enseignements sont évidemment de pures extrapolations, déformations et parodies de la Vérité biblique. Beaucoup l'ont déjà démontré, textes à l'appui. Mentionnons, pour nos lecteurs anglophones, le livre d'Al Dager: «Vengeance is ours» (Sword Publishers, Redmond WA, USA, ISBN 0-9626632-0-4).

d) Les avatars du Latter Rain

Les premiers réveils du Latter Rain datent de 1949. 40 ans après, Paul Cain et d'autres revenaient sur le devant de la scène. L'association de Kansas City mit sur pied les Ministères de la Grâce comme «ministère consacré à la pleine restauration de l'Eglise à la gloire décrite dans la Parole de Dieu».

Mais indépendamment de cette initiative, le Mouvement de la Restauration proprement dit a peu à peu introduit dans les églises, surtout celles d'obédience charismatique, les enseignements du Latter Rain.

Alors que les églises pentecôtisantes avaient, dans les années 50 et 60, combattu ces hérésies, elles ont maintenant, pour la plupart, baissé leur garde. Même des évangéliques non charismatiques, et des églises chrétiennes «officielles» sont maintenant prêts à célébrer la Fête des Tabernacles falsifiée.

Bref, l'idée que nous sommes à la veillé de «la grande pluie de l'Esprit Saint» est devenue familière à toutes sortes de croyants.

IV) Où allons-nous?

Les prophètes de la Seconde Pentecôte n'ont pas complètement tort. Il n'est pas improbable que nous assistions à un réveil mondial de louanges et d'adoration, et que l'humanité suive son «Christ», admirant les prodiges qu'il opérera avec l'aide de son «Eglise». Certes, de grandes forces spirituelles sont à l'oeuvre. Lisons Warnock: «Le jour des comptes est à portée de main! Ce système ecclésiastique est damné!... Le Seigneur que vous cherchez viendra subitement dans son Temple, et il s'assiéra comme un purificateur, un raffineur d'argent; il purifiera les fils de Lévi, et les purgera comme l'or et l'argent... Il vient dans son Temple, même dans l'Eglise du Dieu Vivant! Un plus grand que Salomon est là! Une gloire plus grande que le Temple de Salomon sera révélée à l'heure même de cette apparition du Christ au milieu de ses saints!»

Quant à nous, nous savons par l'Ecriture qui sera celui qui, prochainement, s'assiéra dans le Temple de Dieu: Que personne ne vous séduise d'aucune manière; car il faut que l'apostasie soit arrivée auparavant, et qu'on ait vu paraître l'homme impie, le fils de la perdition, l' adversaire qui s'élève au-dessus de tout ce qu'on appelle Dieu ou de ce qu'on adore,' il va jusqu'à s ' asseoir dans le temple de Dieu, se proclamant lui- même Dieu. II Thes 2.3-4.

V. Conclusion

Il nous a paru sage, pour nous prononcer sur la nature des «fruits» produits par le mouvement de Toronto, d'examiner ses racines, ses origines.

Nous ne voudrions toutefois pas laisser nos lecteurs conclure de ce qui précède que tous les participants de ce mouvement sont ouvertement et délibérément des agents de Satan occupés à promouvoir l'avènement de l'Antichrist. La grande majorité d' entre eux sont réellement zélés pour Dieu, et malgré les excès, il n'est pas à exclure que de vrais miracles et d'authentiques conversions se soient produits.

Toutefois le ver est dans le fruit; même si le fruit est d'assez belle apparence pour que d'aucuns consentent à laisser leur raison de côté.
L'ignorance de beaucoup de supporters de la mouvance de Toronto n'est pas une excuse. Même s'ils ne comprennent pas l'origine de termes comme la «Seconde Pentecôte», la «Pluie de l' arrière-saison», ou d'autres concepts, ces croyants se doivent de tester les prétendues nouvelles révélations. Ils seront ainsi à même d'ouvrir les yeux, en constatant qu'elles sont incompatibles avec la Parole de Dieu.

Si les chrétiens sont solidement enseignés sur la pleine suffisance de la Grâce de Dieu, sur l'apostasie à venir, sur les bienfaits de la 1 ère Pentecôte -s'ils connaissent tout le conseil de Dieu sur les points essentiels de la foi, alors ils seront gardés des mirages d'une Seconde Pente- côte, et préservés de boire aux citernes crevassées des expériences douteuses.

(Texte original anglais: Tricia Tillin, Banner Ministries, PO Box 23, Belper, Derbyshire, DE 56 IQR, UK)

Adaptation: C.-A.P.
What is Promesses ? Accueil  |  Catalogue  |  Recherche  |  Liens  |  Impressum  |  La Bible