Abonnement     Lettre de nouvelle

Sommaire du n° 142 oct - dec 2002

 



HISTOIRE DE L’EGLISE

L’ÂGE DE L’EMPIRE CHRISTIANISÉ

Période 3: de 312 à 590 après J.-C.

Scott McCARTY

I. Introduction

Le titre de cet article pourrait faire croire que l’Empire romain s’est converti bibliquement à Christ. Il n’en est rien! Après le IIIe siècle, l’empire se «christianise» de plus en plus, au moins en apparence, et le christianisme biblique se dilue et se corrompt toujours davantage par la mondanité et par l’influence impériale. Les trois siècles étudiés ici sont complexes par l’interaction de forces de natures différentes: politiques, religieuses, sociales, morales, doctrinales.

L’étude est divisée en deux parties: un regard général sur l’Empire (son déclin, sa «christianisation», sa disparition), puis l’étude (future) des luttes intestines vigoureuses, parfois violentes, parmi les chrétiens pour trouver une orthodoxie œcuménique (= universelle) en accord avec celle du Nouveau Testament. Notre présente étude va consister seulement en un survol général, même si cette période est la seconde en importance dans sa totalité après celle des Apôtres. Son étude est nécessaire pour comprendre la période suivante: «l’Âge des Ténèbres», du 7e au 16e siècle, à laquelle elle sert en quelque sorte de tremplin, et pour comprendre aussi ce qui amènera à la Réforme protestante du 16e siècle. Le futur est toujours caché dans le présent, le présent enfante le futur.

C’est l’évidence même que le mot «Église» a perdu son acception du 1er siècle et ne ressemble pratiquement plus au modèle apostolique! À partir de 312, l’Église devient essentiellement une organisation qui accepte pratiquement tout ce que le monde a à lui offrir, en abritant minoritairement, quand même, le vrai christianisme! La date butoir de 590 indique l’année où le système épiscopal occidental devient la force papale du Moyen Âge.

II. Survol politique et religieux

Il est nécessaire de traiter ces deux domaines ensemble, car ils sont inextricablement liés l’un à l’autre..

En 312 le général Constantin unifie la partie occidentale de l’Empire romain sous son nom après sa victoire sur son rival; il dit que Jésus-Christ a répondu à sa prière! S’était-il réellement converti? Qui sait! En tout cas, il favorise le christianisme de maintes manières, même si sa vie contredit souvent sa profession de foi.

L’Église, jusqu’ici méprisée, persécutée, se trouve instantanément avantagée, et Constantinople devient la capitale de la chrétienté en 330! Une anecdote: en 324 l’Empereur offre de l’argent aux païens pour se convertir; ainsi en une année 12’000 d’entre eux sont baptisés à Rome! En 325 il exhorte tous les sujets de l’Empire à embrasser le christianisme.

Cette aide a eu certaines conséquences heureuses: la persécution s’achève; la législation est influencée pour le bien de l’être humain en général.

Mais aussi des conséquences mauvaises: le christianisme est sécularisé au point qu’il est souvent difficile de distinguer entre le «chrétien» et le païen; la conversion est à la mode; l’adoration des dieux est adaptée pour devenir l’adoration des martyrs (= «saints»); l’adoration accordée à Isis, la déesse égyptienne appelée «la Grande Vierge» et «la Mère de Dieu», est transférée à Marie, la mère du Seigneur (!); le christianisme en se paganisant devient la chrétienté (!); la hiérarchisation ecclésiastique se développe sans frein; «l’Église» devient parfois à son tour la persécutrice des païens (!); certains chrétiens, exaspérés par la mondanité rampante, se tournent vers un ascétisme excessif et le monachisme; et les empereurs successifs s’octroient le droit d’intervenir dans toute dispute entre des chrétiens. Longue est la liste des manifestations de l’éloignement des chrétiens des enseignements du N.T! En 391, l’Empereur Théodose ferme tous les temples païens dans les villes, mais à la campagne le paganisme se maintiendra pendant plusieurs siècles, jusqu’à ce qu’il soit «christianisé»!

En 395, l’Empire est définitivement divisé entre l’empire d’Orient et celui d’Occident pour des raisons politico-militaires. Cette décision a pour résultat le développement de deux entités dans la chrétienté, l’une romaine de langue latine, l’autre grecque de langue grecque. Leurs relations deviennent très conflictuelles, car chacune veut la première place et les honneurs pour pouvoir imposer ses manières et ses interprétations à tous les chrétiens.

Lorsque les Barbares parviennent finalement à anéantir le gouvernement de la partie «latine» restante de l’Empire en 475, ils prennent le contrôle des peuples depuis la Yougoslavie jusqu’en Espagne et en Afrique du Nord. À ce moment, le peuple de Rome se tourne vers les papes successifs pour qu’ils leur donnent un gouvernement bien structuré et très efficace, car «l’Église de Rome» est bien organisée et a des «moyens».

Le pape Grégoire I régnant de 590 à 604 a pu, par ses capacités extraordinaires et par ses œuvres, garantir la future domination religieuse de l’Europe par Rome.

Constantin établit le dimanche comme jour de repos; il désigne également le 25 décembre comme un jour consacré à Jésus en transposant une fête païenne en une fête «chrétienne»! D’autres «changements » de cette nature se font au fur et à mesure que la chrétienté avance à travers les siècles.

Voici un exemple d’une journée de culte (rien n’est statué au début de notre période pour fixer un seul style de réunion pour toutes les églises dans l’Empire): il commence le dimanche matin vers 8 heures avec l’Eucharistie (la Sainte Cène) suivie par des lectures bibliques et des exposés des textes, puis suivent des hymnes ou psaumes chantés, des prières. Vers midi un repas en commun est suivi d’une sieste (en été); puis des gens, après une offrande d’argent ou de nourriture, s’engagent à accomplir des œuvres de bienfaisance envers des pauvres, des prisonniers, des veuves, des orphelins ou des personnes âgées et à rendre visite aux malades. Parfois, à la fin de la journée il y a une agape. Chaque église locale ou région décide de l’ordre et du contenu de son culte selon des facteurs différents. Progressivement la simplicité et l’indépendance cèdent leur place sous la pression charnelle au cérémoniel, au sacramentalisme et au cléricalisme.

Le baptême est normalement pratiqué par immersion des adultes convertis, mais déjà vers la fin du IIe siècle le baptême des enfants non-convertis est introduit petit à petit! Tertullien vitupère, avec raison, contre cette pratique, car comment un bébé ou un jeune enfant peut-il se convertir? Le candidat adulte au baptême doit prouver que ses motivations sont pures après avoir suivi un cours d’enseignement qui pouvait durer jusqu’à trois ans. Cet enseignement porte sur la bonne doctrine, la pratique de la vie chrétienne et la mise en garde contre le paganisme ambiant. Et aujourd’hui, où en est-on avec les candidats pour le baptême des bibliquement convertis dans nos églises? Malheureusement, petit à petit d’autres éléments s’immiscent dans la cérémonie: l’exorcisme, l’onction, l’imposition des mains, le signe de la croix, puis l’idée que le baptême lave l’individu de tous ses péchés!

Dans le N.T. la discipline des chrétiens a parfois été sévère (1 Cor 5; 2 Thes 3: 6 à 15), mais elle avait pour but d’amener le coupable à la repentance et à la restauration. Après quelques siècles, elle est devenue arbitraire, légaliste, incohérente: on distingue trois classes de «disciplinés »: (1) les «pleureurs» debout devant l’église souvent par mauvais temps, confessant leurs péchés et demandant les prières des chrétiens; (2) les «auditeurs» sous le porche avec des non-croyants pour entendre la lecture des Écritures; (3) les «agenouilleurs» qui sont à l’intérieur de l’église avec des catéchumènes.

Le célibat est de plus en plus considéré comme l’état idéal pour pouvoir cultiver une vie de prière et d’abstinence, pour démontrer sa spiritualité, et pour se rendre acceptable à la prêtrise (1 Tim 4.1-3). Il y a des abus sexuels (!): des «célibataires » vivent en concubinage avec des femmes, des hommes mariés veulent abandonner leurs épouses pour vivre une vie ascétique. L’ascétisme monacal est le résultat de l’accent mis sur le célibat pour devenir «saint».

Au IVe siècle les fonctions ecclésiastiques - évêques, anciens, diacres, sous-diacres, exorcistes, acolytes, lecteurs - déjà hiérarchisées depuis un certain temps, deviennent formelles et fixes.

Les églises, en accueillant de plus en plus de «membres», s’enrichissent. Un sénateur romain païen s’exclame: «Consacrez- moi évêque de Rome et demain je deviendrai chrétien!» À la campagne, les églises restent malgré tout assez modestes. L’évêque prend une importance grandissante au IVe siècle dans les métropoles avec l’augmentation du nombre de «chrétiens »; même Irénée († 117), Tertullien († 220), et Cyprien († 258) appuient l’idée que l’évêque de Rome est supérieur à tous les autres évêques (cf. Mt 16.18), une idée étrangère au N.T (cf. 1 Pi 5.1,3; Eph 2.22). Au cours des siècles l’église de Rome a parfois des hommes aux qualités humaines extraordinaires en son sein, hommes qui sauront imposer l’idée que l’Evêque de Rome doit être le chef suprême des chrétiens en Occident.

L’histoire complète de l’expansion du christianisme au cours des premiers siècles (et surtout après le 1er) est impossible à raconter par manque de place ici. Le christianisme s’est séparé du judaïsme au 1er siècle. Il s’est ensuite répandu dans tout l’Empire, de la Grande Bretagne jusqu’en Iran en passant par la partie sud de l’ex-URSS, de l’Afrique du Nord au Soudan, en Arabie Saoudite et peutêtre jusqu’aux Indes! On raconte qu’au IIIe siècle, un missionnaire, parti pour servir le Seigneur au N.-O. de la Turquie, a trouvé 17 chrétiens en arrivant sur place; mais après 30 années de dur service, il ne restait que 17 non-convertis!!

III. CONCLUSION

Après la «conversion» de Constantin, le christianisme quitte les catacombes pour entrer par étapes dans les palais. Entre le début et la fin du IVe siècle, le christianisme devient la religion de l’État romain. On peut dire que l’Église se marie avec le pouvoir politique, et qu’elle assume aussi la responsabilité morale pour toute la société. Pour mieux «servir » (?) l’État, elle adapte ses doctrines et imite la structure hiérarchique de l’Empire. Heureusement, tout n’est pas mauvais. Toutefois, le christianisme du N.T. a subi une transformation totale par rapport au Ier siècle. Cette transformation prépare l’Occident pour «l’Age des Ténèbres » (=le Moyen Âge).

Pour terminer le survol des siècles IV à VI, un regard particulier sur les controverses doctrinales des IVe et Ve siècles devrait occuper notre attention dans la prochaine parution de «PROMESSES».

What is Promesses ? Accueil  |  Catalogue  |  Recherche  |  Liens  |  Impressum  |  La Bible