Abonnement     Lettre de nouvelle

Sommaire du n° 142 oct - dec 2002

 



TÉMOIGNAGE

D’une enfance déchirée
à la dignité en Christ

Bob BANZELYNO

L’auteur de ce témoignage est marié et père d’une petite fille. Il est de nationalité congolaise. Il est juriste et assistant d’université. Diacre de l’Assemblée Evangélique «La Réconciliation» à Kinshasa, il fait également partie de l’équipe des responsables de la salle de lecture PROMESSES, établi dans l’immeuble du Centre Biblique de Matonge, place Victoire, à Kinshasa. Bob Banzelyno est co-fondateur d’une ONG de protection des Droits de l’Enfant: Dignité de l’Enfant. Pour plus de renseignements: B.P. 409, Kinshasa 1, RDC, tél. (243)818103161/ (243)8959671, E-mail: dignitédelenfant@yahoo.fr
- Net: www.dignitedelenfant.org.

Ma mère s’était mariée régulièrement. Après six ans de vie conjugale heureuse, pendant lesquels naquirent quatre enfants, elle et son mari se séparèrent, sans pour autant divorcer juridiquement. Au bout de quelques mois, le mari de ma mère prit une autre compagne. Ma mère, de son côté, entreprit de partager sa vie avec un célibataire dont elle eut un garçon. J’étais né.

Quelque temps plus tard, mon père, réalisant qu’il entretenait des relations coupables avec ma mère (qui était encore juridiquement mariée), se rétracta pour ensuite se marier régulièrement avec une autre femme. Le départ de mon père incita ma mère à demander le divorce de son premier mari. Le juge de première instance, en vertu du principe que tout enfant né pendant le mariage a pour père le mari de sa mère, prononça ce divorce en prenant soin de me classer dans la lignée clanique du mari de ma mère, qui, aux yeux de la loi, et sous certaines réserves, était considéré comme mon père. Ma garde lui fut également attribuée. Le mari de ma mère ne me désavoua point et ne contesta pas la paternité qui lui était attribuée, bien que je sois né pendant une période de sa séparation notoire d’avec ma mère.

A 4 ans, j’étais donc tiraillé entre deux pères: l’un biologique (qui craignait d’être poursuivi pour adultère s’il me reconnaissait), l’autre juridique (car mari légal de ma mère à ma naissance). Je me sentais étranger aussi bien chez mon père juridique que dans la maison de mon père biologique, chacune de leurs femmes ayant réussi à dresser ses enfants contre moi. De là il m’arrivait de me demander si ces enfants étaient bien mes frères et mes sœurs au vrai sens du terme. Aussi, à plusieurs reprises, ai-je fugué pour rejoindre ma mère, qui vivait désormais pratiquement seule.

Dans ces conditions, j’ai développé pendant toute mon enfance une nature introvertie, timide, craintive et complexée, surtout devant certains camarades que je voyais entourés d’affection par leurs parents. Longtemps, j’ai cherché à cultiver des amitiés, mais sans succès. Jusqu’à un certain âge, je n’ai pas eu d’ami, sinon ma mère, qui était tout pour moi.

Un jour d’avril 1987, après une sérieuse fracture au genou lors d’une rencontre de football universitaire, je fus hospitalisé dans une clinique de la place. Pour éviter l’amputation de ma jambe gauche, le traitement nécessitait une énorme somme d’argent que ne put assumer mon père juridique (chez qui je passais certains de mes week-ends, habitant en semaine à la cité universitaire).

Ma mère se résolut alors à voir mon père biologique. Il paya bien la facture de mon hospitalisation, mais laissa entendre qu’il s’agissait là de son dernier geste en ma faveur, tant que je continuerais d’habiter chez mon père légal.

D’autre part, ce dernier, ayant appris que ma mère était allée voir mon père biologique pour honorer la facture de l’hôpital, décida de me chasser de chez lui, dès que je sortirais de l’hôpital. Ce jour-là, moi qui avais jusque-là deux pères, je n’en eus plus aucun.

A chaque chose malheur est parfois bon. La multiplicité des lignages claniques auxquels je pouvais être rattaché (tant de l’Est que de l’Ouest de mon pays) me permit de subsister tant bien que mal, en fonction de l’alternance des différents blocs tribaux à la tête de l’Université. Dans les années 1990, l’Université fut fermée et les étudiants des Homes évacués; je fus alors hébergé dans la famille d’un ami. J’étais plongé dans des soucis et accablé par diverses maladies. Ma famille d’accueil, par crainte du pire, envisagea de se débarrasser de moi.

J’étais au désespoir; chaque lever de soleil était une amertume; je me sentais de trop. Je me rendais compte, à cette époque, que la pire des choses au monde qui pousse les gens au suicide, est le sentiment de leur inutilité. Cependant, je rends grâce à mon Dieu toutes les fois que je me souviens d’une de mes sœurs aînées qui, un jour, voyant ma détresse, me lut ces versets de Paul aux Philippiens: «Ne vous inquiétez de rien, mais en toutes choses, par la prière et la supplication, avec des actions de grâce, faites connaître à Dieu vos demandes. Et la paix de Dieu qui surpasse toute intelligence gardera votre cœur et vos pensées dans le Christ Jésus» (Phil 4.6-7).

Cette exhortation transforma ma vision de la vie. Je découvris Christ, le reçus dans mon cœur. J’expérimentai sa paix, cette paix à laquelle tous (enfants nés dans le mariage ou hors mariage) avons été appelés pour former un seul corps.

Cette paix a régné en moi lorsque l’Eternel, considérant sans doute que ma mère était comme mon dieu, décida souverainement de me l’enlever juste après l’obtention de ma licence en droit. Je me sentis une fois de plus inutile et frustré sans cette merveilleuse femme qui représentait tout pour moi. Même si cette épreuve fut très pénible, néanmoins, sur le plan spirituel, Dieu m’a rappelé de la considérer comme un sujet de joie complète (Jac 1.2).

Effectivement, la mort de ma mère m’a comme libéré de ma frustration de ne pouvoir compter sur aucune autre personne qu’elle. Dieu m’enleva celle qui m’avait élevé et que j’aimais, pour laquelle j’avais formé plusieurs projets, et m’a laissé mon père, que je haïssais, afin de m’apprendre à l’aimer. Aujourd’hui, j’aime mon père. Votre situation est peut-être pire que la mienne. Peut-être ne connaissez-vous pas votre père biologique. Peut-être vous fait-il honte ou vous renie-t-il. Peut-être êtes-vous complexé et frustré, parce que ce vide affectif vous pousse dans la rue, la drogue ou la prostitution, en quête d’une affection qui vous manque.

A vous tous, je voudrais, à partir de mon expérience personnelle, même si elle n’est qu’un cas particulier, vous dire qu’en définitive, que l’on soit né dans le mariage ou hors mariage, d’une femme libre ou d’une esclave, le plus important, c’est de venir à Jésus Christ. En Lui, il n’y a ni esclave ni libre (Gal 3.28), car si le Fils vous affranchit, vous serez réellement libre (Jean 8.36).

En tant qu’enfant né hors mariage, je reconnais que même si nous pouvons être encouragés quand nous trouvons chez quelqu’un d’autre un écho à notre souffrance, ce secours est trop faible. Il nous faut une voix qui dise «j’ai connu cela et j’en ai triomphé». Cette voix, c’est celle de Jésus-Christ qui a connu la souffrance. D’aucuns disent d’ailleurs de Lui qu’Il est Luimême né hors mariage- je m’insurge contre ceux qui veulent faire intervenir les lois des hommes dans le mystère de sa conception par l’action du Saint-Esprit.

A vous qui n’êtes pas reconnus par vos parents, qui ne connaissez même pas votre père ou votre mère, qui vous dites que vous êtes oubliés par le Seigneur, Dieu (non pas moi) vous dit ceci: «Une femme oublie-t-elle l’enfant qu’elle allaite? N’a-t-elle pas pitié du fruit de ses entrailles? Quand elle l’oublierait, Moi je ne t’oublierai point» (Es 49.15).

What is Promesses ? Accueil  |  Catalogue  |  Recherche  |  Liens  |  Impressum  |  La Bible