Abonnement     Lettre de nouvelle

Sommaire du n° 168 avr - jun 2009

 



Chronique de livres

Fuite de l’absolu

Paul Gosselin

Fuite de l'Absolu, volume II, poursuit l'étude (initiée au volume I) des conséquences éthiques du postmodernisme.

Il examine d’abord la question de l'euthanasie ainsi que le sort que réserve le discours postmoderne aux handicapés et aux personnes jugées non productives. Il considère un cas de meurtre par compassion, celui du fermier canadien Robert Latimer qui a tué sa fille Tracy atteinte de paralysie cérébrale.

Les chapitres suivants changent de sujet et abordent une question fondamentale pour l'Occident : une société peut-elle se passer de mythes et de mythes sur les origines plus particulièrement ? Il y a là une question cruciale, car les mythes sur les origines jouent un rôle extraordinairement important et central pour le développement d'une civilisation.

L'essai entreprend un sujet d'envergure, la déconstruction de la cosmologie matérialiste partagée par les systèmes de croyances moderne et postmoderne. Fuite de l'Absolu, vol. II, jette donc un regard décapant et provocateur sur un monument culturel généralement considéré intouchable : la théorie de l'évolution proposée par Charles Darwin. Pour réaliser ce projet, des données provenant à la fois de l'anthropologie sociale aussi bien que de la philosophie de la science sont examinées. Ce processus de remise en question implique un examen des prétentions des héritiers du Siècle des Lumières et fouille la question fondamentale des limites de la science et de la censure qui peut s'exercer en milieu universitaire à l'égard de perspectives cosmologiques jugées non « politiquement correctes ».

Tandis qu’en milieu anglophone le débat sur les origines est large et profond (les remises en question ont commencé dans les années 60), à la même époque, en milieu francophone, le lamarckisme était à peine enterré et le néodarwinisme triomphait. Depuis, en milieu anglophone, même des athées tels que David Stove se sont joints à la bagarre : là, on peut critiquer l'évolution. Chez les francophones, la remise en question du darwinisme provoque l'irritation et l'inquiétude de nos élites. La question reste taboue... La stratégie la plus efficace est d'étouffer tout débat véritable (où l’on pourrait examiner les arguments des critiques de l'évolution) et d’« immuniser » les francophones contre la « contagion » du « dessein intelligent » (intelligent design) et du créationnisme en les gavant de stéréotypes biaisés. Nos élites sont consternées par des sondages qui révèlent régulièrement qu'une part très large de la population américaine (pourtant un des pays les plus avancés sur le plan scientifique et technologique) remet en question la théorie de l'évolution...

Cet ouvrage a le mérite d’examiner deux questions de fond du point de vue de l’anthropologue : Se peut-il que la théorie de l’évolution joue le rôle de mythe d’origine ? L’évolution tire une bonne part de son prestige de sa prétention à être une théorie scientifique ; mais ce statut est-il soutenable face aux exigences de la philosophie de la science ?

Fuite de l’Absolu, vol. II, examine aussi la théorie de l’évolution du point de vue de l’anthropologie sociale et expose les multiples fonctions sociales et idéologico-religieuses de la théorie de Darwin. En milieu francophone, l’incursion dans la philosophie des sciences que propose cet ouvrage, sera inévitablement perçue comme subversive, car elle implique une déconstruction fondamentale du discours issu des Lumières sur la vérité et la hiérarchie des savoirs. Cet essai innove car, même dans le monde anglophone, ces questions n’ont pas été traitées de manière systématique jusqu’ici. Il permet donc de faire le pont entre le débat sur les origines dans le monde anglophone et le monde francophone.

En parcourant ce texte, le lecteur fera la rencontre, entre autres, du romancier Kurt Vonnegut, du philosophe autrichien Karl Popper, de Tracy Latimer (cf. supra), de Charles Darwin, du microbiologiste Richard Lenski, du spécialiste de la mythologie Mircea Eliade, du paléontologue Stephen Jay Gould, du zoologiste Pierre-Paul Grassé, de l’anthropologue Wictor Stoczkowski, du philosophe des sciences canadien Michael Ruse, du biologiste Ernst Mayr, de la philosophe Mary Midgley, du phylogénéticien français Guillaume Lecointre, du biologiste Julian Huxley, du prix Nobel en physique Robert Laughlin et de bien d’autres encore.
C’est un ouvrage intéressant qui fait découvrir l’idéologie matérialiste du postmodernisme de l’Occident et ses mécanismes, qui sont de réels dangers pour l’Eglise.

Paul Gosselin détient une maîtrise en anthropologie sociale. Il est l’auteur de Hors du Ghetto et de Fuite de l’Absolu, vol. I. Il est webmaster du site samizdat. Il a vécu en Nouvelle Écosse, en Californie, sur l’île de Vancouver et réside actuellement à Québec. Il est marié, père de deux enfants.

Titre : Fuite de l’Absolu, volume II
Observations cyniques sur l’Occident postmoderne
Auteur : Paul Gosselin
Éditeur : Samizdat – Sainte-Foy QC, Canada
ISBN : 978-2-9807774-2-4
570 pages avec avant-propos, notes, bibliographie et index des sujets
English version : Escape from the Absolute, volume II : Cynical Observations on the Post-Modern West
Courriel : pogo@novactiv.ca ; site Internet : www.samizdat.qc.ca/publications.
Diffusion en Europe : CLC France, Quartier Pelican, 26740 Châteauneuf-du-Rhône, France ;
site www.clcfrance.com; e-mail : accueil@clcfrance.com

What is Promesses ? Accueil  |  Catalogue  |  Recherche  |  Liens  |  Impressum  |  La Bible