Abonnement     Lettre de nouvelle

Sommaire du n° 1 jan - mar 1967

 



Tour d'horizon oecuménique (1)

Dr. A. Pache

Où nous mène la formidable évolution qui soulève le monde chrétien tout entier? En cette période d'après le Concile du Vatican Il, il est utile de dresser un bilan des faits, même provisoire, et de procéder à un tour d'horizon général.

Eléments positifs de l'évolution catholique: Incontestablement, des mouvements intéressants se font sentir dans l'Eglise romaine: étude et diffusion de la Bible en voie de développement, dialogue engagé avec les autres confessions, reconnaissance du fait que les communautés des «frères séparés» protestants peuvent porter le titre d'églises, admission d'une part de responsabilité dans la rupture du XVIe siècle. Au cours du Concile du Vatican Il, l'opinion a été exprimée à maintes reprises que l'Eglise catholique avait besoin d'un renouveau si elle voulait réellement entreprendre le dialogue avec les églises non-romaines. Il y eut des discussions très libres, suivies de votes positifs impressionnants, par exemple sur la collégialité des évêques gouvernant l'Eglise avec le pape, l'usage de la langue vulgaire dans le culte, l'oecuménisme, la liberté religieuse, la limitation des naissances, le peuple juif, l'Ecriture Sainte et la Tradition, etc.

Fin décevante de Vatican Il: Rappelons quelques faits justifiant cette impression de l'ensemble des observateurs non catholiques.

La collégialité des évêques doit être entendue de telle manière que la primauté du pape demeure intacte. La structure monarchique de l'Eglise romaine n'en sera pas affectée, le pape reste le souverain absolu. Le collège épiscopal n'a aucune autorité sans ce dernier. Paul VI, dans son discours d'ouverture à la troisième session, ne s'en est pas référé moins de sept fois à sa primauté, et le mot-clé qu'il a constamment utilisé était celui de «hiérarchie sacrée». Le pasteur G. Richard-Molard estime qu'un tel discours «ne peut guère qu'hérisser la plupart des chrétiens non catholiques romains» («Messager Social», 10 déc.; S. CE- P. I., 1er oct.; 24 sept. 1964).

Il est clair, selon le même pasteur, «que l'Eglise catholique est toujours placée sous l'unique pouvoir de l'Eglise romaine. Or, il ne s'agit pas là d'une découverte de La Palice, mais d'une situation, chaque jour plus insupportable pour les catholiques eux-mêmes. Cette direction totalitaire italienne, ou pire encore, romanisée, possède encore tous les leviers de commande» («Christianisme au XXe siècle», 29 oct. 1964). Cela n'empêche pas qu'une seconde force «se manifeste par l'esprit nouveau qui anime une partie toujours plus large du catholicisme non italien. Il ne faut pas s'imaginer que cet esprit ait changé en quoi que ce soit la masse, mais il passe sur quelques centaines d'évêques, sur de nombreux prêtres et sur une élite de laïcs» (ibid.).

La Vierge Marie a été proclamée Mère de l'Eglise, sans l'avis des pères conciliaires, par Paul VI, qui lui a consacré la moitié de son discours de clôture {cf. «Chrétien Evangélique», déc. 1964, p. 5). Cette proclamation «a détruit tous les efforts des pères conciliaires qui. .. s'étaient ingéniés à éviter autant que possible les déclarations de nature à. ..donner de l'extension au dogme marial et à choquer les protestants» {«Christ U. Welt», cité par S. CE. P. I., 3 déc. 1964).

Le 11 octobre 1963, le pape a terminé une allocution aux pères du Concile et aux fidèles par cette prière à la Sainte Vierge: «O Marie, nous vous prions pour nos frères encore séparés de notre famille catholique. Voyez comment, parmi eux, une phalange glorieuse célèbre votre culte avec fidélité et amour. Voyez comment parmi d'autres, si résolus à se dire chrétiens, commence à renaître aujourd'hui votre souvenir et votre culte, ô Vierge très bonne. Appelez avec nous tous ces fils, qui sont vôtres, à la même unité sous votre protection maternelle et céleste» («Documentation Catholique», 3 novembre 1963).

Le cardinal Doepfner, de Munich, dont les interventions au Concile ont été souvent remarquées, vient de déclarer à son tour: «Amoindrir dans l'Eglise le culte de la Vierge Marie serait un malentendu et une mauvaise interprétation des enseignements du Concile. ..Nous voulons approfondir et enraciner encore plus fort dans ce mystère du Christ le riche héritage laissé à l'Eglise par la Vierge Marie. Elle a un grand rôle à jouer dans l'Eglise, qui voit en elle son image originelle» {«Figaro», 28 déc. 1964).

Le dogme romain: Dans son livre récent sur l'Unité, le cardinal Béa répète des dizaines de fois: 1°) que l'enseignement romain, étant infaillible, ne saurait subir dans son essence aucune modification; 2°) que l'Eglise catholique étant la seule vraie Eglise du Christ, l'unité finale ne peut être envisagée que par le retour de tous les baptisés orthodoxes et protestants au bercail du successeur de saint Pierre. Ce caractère intangible du dogme catholique n'a cessé d'être proclamé clairement par Jean XXIII, Paul VI et tous les porte-parole de Rome. Le professeur E. Schlink, observateur de l'Eglise Evangélique d'Allemagne à Vatican Il, après avoir noté que les délibérations conciliaires sont "révolutionnaires» pour l'Eglise romaine, ajoute: «Aucune des resolutions jusqu'ici adoptées n'a «rapporté, modifié ou même réinterprété de manière satisfaisante un seul des dogmes qui divisent la chrétienté" (S. CE. P. I., 17 déc.1964).

Cela n'a pas empêché le professeur de théologie protestant O. Cullmann de déclarer que Vatican Il «n'a fermé aucune porte". Dans une interview accordée au journal «Le Monde", M. Cullmann reconnaît que les textes élaborés au Concile sont décevants, car la plupart sont des textes de compromis. Le Concile actuel est lié par celui du Vatican I (en 1870, où fut proclamée l'infallibilité pontificale), et par les dogmes mariaux antérieurs, inchangeables eux aussi. Mais il ajoute: «Je ne partage pas le pessimisme de certains qui s'exprime dans ce slogan: «II ne sortira rien de ce Concile!" Tous les textes sont formulés de telle sorte qu'aucune porte n'est fermée, et qu'ils ne seront pas un obstacle à la future discussion entre catholiques ni au dialogue avec les non-catholiques, comme le sont les décisions des Conciles antérieurs" (cité par «Vie Protestante", 23 oct. 1964). -Puisque les dogmes romains sont infaillibles (voir les anathèmes du Concile de Trente), on se demande sur quoi porte la discussion. ..Si la porte n'est pas fermée, elle ne l'est qu'à sens unique et ne nous paraît conduire qu'au bercail de saint Pierre.

(à suivre)
Extrait avec autorisation du périodique «Le Chrétien évangélique"
What is Promesses ? Accueil  |  Catalogue  |  Recherche  |  Liens  |  Impressum  |  La Bible