Abonnement     Lettre de nouvelle

Sommaire du n° 2 avr - jun 1967

 



Piété personelle

R. H. Guignard

Il y a, au sein des assemblées ou «églises des saints», un déclin évident de piété personnelle. Chacun saurait en citer plusieurs causes. Elles sont nombreuses et variées. Ville, campagne, cités ouvrières, centres d'étude sont des fourmilières portant en elles des germes différents de progrès et aussi de décadence.

LES EFFETS

Il serait utile de faire une revue des nombreux méfaits de l'abandon de cet effort chrétien qui s'appelle «piété personnelle». Toutefois, mieux vaut en rechercher les causes.

TROIS CAUSES
LE MATÉRIALISME

Voilà une cause difficile à contester. L'envergure de la vision personnelle, de la classification des valeurs réelles et durables, est rétrécie, limitée par la recherche du bien-être matériel; c'est la caractéristique de la vie moderne dans nos pays occidentaux.
La compétition commence à l'école; elle continue lors de l'apprentissage d'un métier; elle domine l'effort de l'homme fait:
être le premier - produire - faire de l'argent.
Le chrétien ne se rend pas compte que son jugement est faussé par ces valeurs terrestres. La croissance normale d'une vie spirituelle est ralentie, sinon arrêtée. La rivalité commerciale, la primauté dans la course dominent. Dans les assemblées ou églises «de foi», il y a souvent une belle jeunesse, bien équipée pour la vie, selon les normes de l'Etat, parfois même fort bien disposée pour les choses de Dieu. Les écoles ont été excellentes, mais l'enseignement tend vers l'acquisition des bien matériels.
Le mal de notre civilisation domine les générations montantes et, parmi les chrétiens, on ne s'en aperçoit pas. A part ceux qui se décident pour une vocation spirituelle précise (missionnaire ou autre), le grand nombre voit l'éducation scolaire et professionnelle comme un but en soi.
«Combattez pour la foi de l'évangile.»
«Recherchez les choses qui sont en haut.»
«Travaillez à votre salut avec crainte et tremblement.»

TOUTE LA DOCTRINE

Une importance considérable a été donnée à la doctrine chrétienne de la justification par la foi. En revanche, on a laissé dans l'ombre la nécessité de la sanctification. Or l'une et l'autre sont parallèles dans l'enseignement du Nouveau Testament. Lisez Romains, ch. 6 à 8: «Mettez vos membres au service de la justice, pour votre sanctification.» Nous avons à nous reconnaître comme «morts au péché», c'est-à-dire qu'étant morts, nous nous tenons comme tels en face de la tentation, à laquelle nous opposons notre «non» catégorique. Par ailleurs, et parce que le chrétien l'est en vérité, nous nous tenons comme vivants pour Dieu, et disons notre «oui» tout aussi catégorique aux oeuvres de justice placées sur notre chemin.
Si la foi à la justification en Christ ne produit pas le désir et la volonté d'une vie sainte, alors de deux choses l'une:
a) L'évangile a été mal présenté et l'intéressé a mal compris: il n'est pas sauvé. Ou bien :
b) L'intéressé a saisi le salut, mais il n'en voit pas encore la suite, les obligations morales, c'est-à-dire les exigences.
Une compréhension purement intellectuelle du message de la grâce ne produit pas l'effet moral qu'éprouve celui qui s'approche de Dieu comme pécheur (Luc. 18, 13), qui réalise son état de perdition et qui crie à Dieu pour le pardon de ses fautes. «Repentez-vous» est le cri d'alarme de l'évangile. Toute conversion sur une autre base n'amène pas au salut.
Le salut comprend ensuite ses lois, sa voie et, paradoxalement, ses libertés. Nous parvenons à ce point par la

LECTURE DE LA BIBLE

La Bible n'est pas un livre de philosophie humaine, une simple source d'informations pour agrémenter l'étude, la discussion. C'est un livre de vie de la part de l'Auteur de la vie, c'est un livre de conduite morale, spirituelle, sociale aussi bien que personnelle.
Ce livre doit être lu dans ce but: découvrir les secrets d'une vie qui plaît à Dieu. Lu tous les jours, c'est une nourriture pour l'âme. Dieu agit de telle sorte qu'au travers de ce livre, Il remplit de paix celui qui, peut-être, sait à peine lire mais prend le temps de penser, méditer, réfléchir. A celui qui s'estime ignorant, Dieu donne les pensées qui vont remplir son coeur:
paix, joie, directives, force, clairvoyance, tact, contrôle de soi, discernement.
Au jour de Christ sera dévoilée la récompense.


What is Promesses ? Accueil  |  Catalogue  |  Recherche  |  Liens  |  Impressum  |  La Bible