Abonnement     Lettre de nouvelle

Sommaire du n° 31 jul - sep 1974

 



La Bible et le destin du monde

(Lire Psaume 2 ; Matthieu 24:1-3)

André Lamorte

 

  « Jésus s'assit sur la montagne des Oliviers. Et les disciples vinrent en particulier lui poser cette question : Dis-nous quand cela arrivera-t-il, et quel sera le signe de ton avènement (parousie) et de la fin du monde » (Mat. 24:3).
  Selon la traduction de la seconde partie de la question des disciples à Jésus, on situe en des temps différents et la venue du Christ (parousie) et la fin du monde. Il est de première importance de bien traduire.
  Si nous traduisons par « fin du monde » nous ne sommes pas en accord avec le texte ; nous laissons entendre que l'amillénarisme a raison, que la fin de l'âge (suntéléias tou aiônos) du texte, correspondra avec la fin du monde ; et en d'autres termes, que nous négligeons tous les événements évoqués par le Nouveau Testament comme devant être insérés entre l'enlèvement de l'Église et la destruction totale de ce monde (cf. I Cor. 15:24).

La fin d'une époque

  Les deux événements sont donc liés dans l'esprit des disciples et dans la pensée du Maître : la parousie et la fin de l'âge. Si la fin de l'âge signifie bien la fin de l'âge mauvais, selon Gal. 1:4, ou « du siècle présent », il ne peut s'agir que de la fin du temps des Nations, événement qui correspondrait bien à la venue du Christ pour l'enlèvement de l'Église (cf. I Thess. 4:15) (parousie).
  Jésus donne la réponse : la fin du temps des nations se produira quand la bonne nouvelle du Royaume aura été prêchée dans le monde entier (Matt. 24:14). Luc 21:24 nous donne une précision supplémentaire à laquelle les chrétiens contemporains de la « Guerre des six jours » ne peuvent pas ne pas être sensibles : « Jérusalem sera foulée aux pieds par les nations, jusqu'à ce que les temps des nations soient accomplis ». Ce qui signifie que le retour de Jérusalem au peuple juif doit marquer la fin du temps des nations.
  Comme tout cela est solennel ! L'Évangile a été prêché jusqu'aux extrémités de la terre, soit par les Sociétés des missions, soit par la radio, et Jérusalem, après avoir été pendant près de vingt-cinq siècles sous la tutelle des nations (586 avant Jésus-Christ à 1967 après Jésus-Christ) est redevenue la propriété d'Israël. Oui, notre temps est solennel ! Les nations se manifestent encore, certes, avec puissance. Mais nous sommes au terme de cette puissance : Jérusalem est entre les mains des Juifs et, si fortes que soient encore les nations, leur concert ne réussit plus à couvrir et à réduire la voix d'Israël. Israël compte désormais. Il est redevenu une « pierre pesante pour les peuples » (Zach. 12:3). Le temps des nations est à son terme.
  Mais la fin du temps des nations ne sera pas la fin du monde. S'il devait en être ainsi, nous devrions avouer l'échec de Dieu et de l'oeuvre du Christ sur cette terre. Celui qui a dit, avant de monter sur la croix « J'ai vaincu le monde » (Jean 16:33) nous aurait trompés. La fin du temps des nations sera la fin d'un monde, du monde que Satan conduit. Elle sera le temps de la manifestation sur terre de la victoire de Christ, le temps du royaume de Christ ici-bas après le départ de l'Église et la conversion d'Israël à Christ. « Ensuite, écrit Paul, viendra la fin (du monde) » (I Cor. 15:24).



Notre monde doit-il donc finir ?

  Et si oui, comment finira-t-il ? Ce qui nous intéresse ici, ce n'est pas l'opinion de la science-fiction ou de la science tout court. C'est l'opinion de la Bible. La Bible nous apprend que notre monde finira (Mat. 24:35 ; I Cor. 15:24).
  Comment finira-t-il ? Sera-ce par un nouveau déluge ? ou par le feu ?
  Les textes sont clairs : établissant son alliance avec Noé et sa postérité, au lendemain du déluge qui couvrit la terre, l'Éternel prit la décision formelle de renoncer désormais à tout recours à ce mode d'extermination. « Aucune chair ne sera plus exterminée par les eaux du déluge, déclare-t-il, et il n'y aura plus de déluge pour détruire la terre » (Gen. 9:11).
  L'Écriture affirme que notre monde sera détruit par le feu. Évoquant l'époque de Noé, Pierre déclare : « ... le monde d'alors périt submergé par l'eau, tandis que, par la même parole, les cieux et la terre (le monde) d'à présent sont gardés et réservés pour le feu... Le jour du Seigneur viendra comme un voleur ; en ce jour, les cieux (de la terre) passeront avec fracas, les éléments embrasés se dissoudront, et la terre avec les oeuvres qu'elle renferme sera consumée » (II Pi. 3:7a,10).
  Comment les choses se passeront-elles ? La Bible ne donne aucune date, mais elle signale, comme en une sorte de chronologie, une série d'événements qui doivent précéder la fin de notre terre.
  Si nous lisons attentivement I Cor. 15:22-28, nous relevons comme premier événement, après la résurrection de Christ, la résurrection des croyants rachetés, lors de la parousie (I Cor. 15:22-23), c'est-à-dire lors de l'enlèvement de l'Église, corps de Christ. C'est à cet événement que Paul consacre plusieurs versets dans I Thess. 4:13-17.
  La parousie et l'enlèvement marqueront la fin de l'Église ici-bas et sa céleste promotion, mais non la fin du monde. Après l'enlèvement, la terre sera soumise à l'épreuve de la puissance de l'antichrist. Ce sera, au cours de quelques années, le règne infernal de l'adversaire du Christ, la grande tribulation dont le livre de l'Apocalypse (Apoc. 6 à 18) nous donne un tragique aperçu prophétique.
  II Thess. 2:7-8 nous permet de situer l'époque de la grande tribulation entre l'enlèvement de l'Église (car l'Église est détentrice de « celui qui retient » l'antichrist : le Saint-Esprit) et le retour glorieux du Seigneur pour prendre en mains les rênes de ce monde.
  La ruine de l'antichrist marquera-t-elle la fin de notre monde ? Certes, non. Un autre événement s'accomplira qui redonnera à la terre, si longtemps asservie au prince de ce monde, sa beauté première :

l'établissement du Royaume de Christ ici-bas

pour une durée de mille ans (cf. Apoc. 20:1-6). Ce règne est indispensable pour apporter au monde la preuve irréfutable de la gloire de Dieu en Christ, pour ruiner à jamais les prétentions insensées de Satan. Il faut qu'IL règne, souligne l'apôtre, jusqu'à ce qu'IL ait mis tous ses ennemis sous ses pieds (I Cor. 15:25). La fin du monde ne viendra que lorsque Christ remettra le Royaume à son Père, après avoir détruit toute domination, toute autorité et toute puissance (I Cor. 15:24).
  Effectivement, au terme même de ce temps édénique du Royaume, Satan lié depuis mille ans sera relâché de sa prison, il cherchera à séduire les nations et à les rassembler pour la guerre. Mais alors, le feu du ciel dévorera Satan et les siens, qui seront jetés dans l'étang de feu où les rejoindront les impies du jugement dernier (Apoc. 20:7-15). Et ce sera la fin de la mort elle-même et du séjour des morts (Apoc. 20:14). Et ce sera la fin de notre terre et de notre monde : ceux-ci disparaîtront pour laisser toute la place au nouveau ciel et à la nouvelle terre (Lire Apoc. 21:1-4).


  La fin de notre monde est encore lointaine, sans doute, puisque nous en sommes séparés par les événements que nous venons de rappeler, et en particulier, par les mille ans du Royaume messianique. Ce qui est proche de nous, et qui doit fixer notre attention, ce sont les premiers événements que nous avons envisagés : la parousie et l'enlèvement. « Je viens bientôt ! » dit le Seigneur (Apoc. 22:7,20). Nous ne savons ni le jour, ni l'heure, mais il nous suffit de savoir qu'il peut surgir bientôt, subitement, pour arracher à ce monde ceux qui seront prêts à le suivre, et pour les arracher à la domination de l'antichrist, pour que nous nous préparions à sa rencontre, et pour que nous redoublions de zèle afin de conduire à Christ le plus grand nombre d'âmes avant qu'il soit trop tard.

What is Promesses ? Accueil  |  Catalogue  |  Recherche  |  Liens  |  Impressum  |  La Bible