Abonnement     Lettre de nouvelle

Sommaire du n° 36 oct - dec 1975

 



Le Saint-Esprit (7)

L'invisible présence

« Là où deux ou trois sont assemblés en mon NOM, je suis là au milieu d'eux ».

La présence de Jésus est promise là où quelques-uns sont réunis l'important, la condition capitale, c'est la rencontre en son NOM. Car le nom représente, dans l'enseignement biblique. toute la valeur d'une personne, dans le cas pré­sent toute la valeur de la personne de Christ, tout ce qu'il a été, ce qu'il est, et sera, tout ce qu'il a fait, et ce qu'il fait à l'heure même.

Ainsi, se réunir au nom de Christ donne à cet acte une grandeur, une ampli­tude toute particulière - Christ, Fils de Dieu ! Cela est vrai pour tout ras­semblement, pour les églises chrétiennes, à tout niveau également. Parlons de ces deux ou trois auxquels Jésus pense. Ou quatre ou cinq ou un peu plus... a ceux qui se fient, qui tablent sur cette promesse et qui se rencon­trent, parce que premièrement ils ont été aimés de LUI !

Alors, ces quelques-uns... ils s'attendent à un fait physiquement indiscernable, à SA présence parmi eux. C'est le grand FAIT du Christianisme Dieu le Fils parmi les hommes - « Ni sur cette montagne, disait Jésus à la Samaritaine, ni à Jérusalem, mais l'heure vient et elle est déjà là, où les vrais adorateurs adoreront le Père en esprit et en vérité » - partout !

Il semblerait que Jésus n'a eu en vue que de petits groupes de disciples -deux ou trois. C'est la base, car on peut être davantage. Pratiquement, il a été observé qu'un groupe d'une quinzaine de personnes au plus facilite la dis­cussion, l'étude où chacun peut prendre une part active. Dans la Bible, peu de discours sont mentionnés, mais plutôt des rencontres où chacun peut colla­borer.

Les entraîneurs, les « engagés », comme on les nomme aussi, doivent, à la base, être sûrs de leur salut éternel, de leur conversion. C'est la deuxième condition. Ce sont ceux-là qui doivent s'attendre à la présence du Maître, à l'invisible présence. C'est vers Lui qu'ils vont regarder. Comme le font les « anciens » de paroisses, les conseillers d'églises ! Ils doivent se concerter, ils doivent avoir leurs rencontres particulières. C'est là qu'ils vont s'attendre à Lui pour toute décision. C'est là qu'ils iront rechercher cette « unité de l'Esprit » si riche en expériences, si appréciée.

Face à un problème donné, le Saint-Esprit a une solution, une seule solution. Si son influence est recherchée, il conduira. Peut-être pas tout de suite... Si l'accord entre ceux qui ont part à l'Esprit-Saint, du fait de leur appartenance à Christ, n'est pas réalisée, il est sage de ne rien décider, il est sage d'atten­dre dans la prière et de remettre à plus tard. Se précipiter lors d'un tel cas est faux.

Le Saint-Esprit ne peut avoir qu'une pensée. Il n'est pas et oui et non. Il veut nous instruire. Le problème serait-il peut-être mal posé ? Il faut aussi savoir que l'Ennemi peut aussi suggérer sa pensée, ses pensées, que tous ses che­mins conduisent à la ruine ! Qu'il peut suggérer même ce qui semble très raisonnable, proposer une bonne action, se présenter comme un ange de lumière C'est pourquoi il faut rechercher l'accord.

Le Saint-Esprit conduit à l'unité de pensée, puis d'action. C'est vraiment le chemin de Dieu. Il conduit le petit groupe, si jeune soit-il dans la foi il lui fait éviter le faux pas.

Attendre, puis agir ensemble. C'est l'expérience la plus convaincante de la présence de l'Esprit de Dieu dans le coeur de chacun, lors de la marche dans l'entente recherchée et réalisée. « Je ne vous laisserai pas seuls » leur assu­rait Jésus lors de son départ. L'expérience de cette réalité devient, pour le disciple qui s'y soumet, un fait. Elle devient une assurance de cette présence invisible, mais combien réelle, parce que combien enrichissante.

Le cas de l'église d'Antioche, au chap. 13 des Actes, nous donne un exemple parfait de l'oeuvre de l'Esprit lors de l'envoi de Barnabas et de Paul. « Alors, après avoir jeûné et prié - réalisant l'accord de tous - ils les laissèrent partir ». Pour situer la question, imaginons un exemple pratique. Supposons cinq jeu­nes chrétiens ayant le sentiment d'être conduits à évangéliser une contrée. Plusieurs questions et options sont à considérer et des décisions sont à pren­dre. Quatre d'entre eux sont d'accord, après avoir prié, pour aller de l'avant dans une direction donnée. Le cinquième n'est pas pleinement satisfait, ne se sent pas encore entièrement à l'aise avec le projet présenté.

Que faire ? - Attendre et prier.

Attendre d'être unis dans une même pensée. Qui est conduit par l'Esprit? Ni les quatre, ni celui qui est seul. Il ne suffit pas que le groupe de quatre se range à l'avis du cinquième ou vice versa, Il ne suffit pas que l'un ou l'autre cède par politesse, par amabilité, par indifférence, ou pour arranger les cho­ses. Il ne suffit pas de donner son accord en soulignant que l'on garde sa propre manière de voir !

C'est l'occasion pour les deux groupes (4 et 1) de placer à nouveau l'effort entrevu devant le Seigneur, de chercher devant Lui, de plaider. Il faut arriver à ce résultat: que chacun soit pleinement persuadé que le chemin proposé est le chemin de Dieu. La marche à la recherche de l'unité de décision et d'action doit s'apprendre. Un nouveau converti doit être instruit. « Se conduire en toute humilité, en toute douceur et en toute patience » ne s'acquiert pas en un jour. Mais nous y sommes invités. Ainsi, le jeune chrétien, réalisant la joie et la paix qui habitent dans le coeur des responsables sera entraîné par la Parole et par l'exemple à s'asseoir, par la suite, parmi eux.

Alors le Saint-Esprit sera satisfait il remplira tous les coeurs et chacun, parmi vous, pourra « proclamer que Dieu est réellement au milieu de vous » (I Cor. 14 : 25). « Rendez ma joie parfaite, écrivait l'apôtre Paul, en vivant en bonne intelligence, en ayant un même amour, une même âme, une seule et même pensée, ne faites rien par esprit de contestation, ni par vaine gloire » (Phil. 2: 2, 3).

What is Promesses ? Accueil  |  Catalogue  |  Recherche  |  Liens  |  Impressum  |  La Bible