Abonnement     Lettre de nouvelle

Sommaire du n° 37 jan - mar 1976

 



Repentir :
nécessaire ou négligeable ?

R. H. Guignard

Le christianisme seul présente et exige un repentir de la part de l'homme; en deux mots, le repentir comporte une tristesse que l'on éprouve à cause de son propre péché et une douleur d'avoir offensé Dieu.

Quel est le but de ce sentiment ? Atteindre à la paix avec le Créateur et par là à la vie éternelle. Parce que, dit la Bible, l'homme a offensé Dieu. Parce qu'il s'est éloigné de Lui, cela par un acte de sa propre volonté. Le christianisme est une invite à retourner à Lui. Le moyen ? Une nouvelle naissance... Le chemin ? La repentance envers Dieu et la foi en Jésus-Christ (Actes 20 : 21).

Or, il semble que, de nos jours, le repentir n'est plus présenté comme une condition nécessaire pour le salut ? Dans le but fort compréhensible d'amener beaucoup de vies à Dieu et à la jouissance du salut, on évite de mettre l'accent sur ce point, on passe légèrement sur cette condition. Que vous en semble ? Le nombre des conversions équivoques paraît augmenter très rapidement et nous sommes amené à rechercher l'origine de ce phénomène.

Le repentir doit s'exprimer par la confession. A son tour, celle-ci apporte la preuve du repentir. L'aveu libère; « c'est le coeur qui ennoblit l'homme », mais reconnaître sa faute en fraye le chemin.

Des hommes portant le nom de chrétiens fondent leur salut éternel sur un Dieu de l'amour. Pour eux, Christ n'est pas Dieu le Fils venu comme homme sur la terre, par l'effet du miracle d'une génération spirituelle dans le corps d'une vierge. Leur christianisme est donc incomplet. En général, ils disent avoir une espérance de vie éternelle. D'autres ne parlent que de Christ. Pour ne pas les traumatiser, on ne les a pas placés en face de leurs péchés, en face d'un Dieu de l'amour, mais saint, qui demande la repentance. En quelque sorte, on les a transportés par dessus ce pas difficile - repentance, contrition, pénitence - pour jouir immédiatement des joies et de la paix qui font suite à la conversion à Christ. Mais est-ce réel ? Ils disent être « en Christ ». Mais s'ils n'ont pas réalisé la grandeur de leur dette envers le Créateur, s'ils n'ont pas obéi au « Repentez-vous » initial (Mat. 4 : 17), leur assurance est imprécise. D'ailleurs, la plupart d'entre eux s'en rendent compte, et ils ont bien l'impression qu'il leur manque un point d'appui. La justice de Dieu préparée et annoncée pour l'homme est un tout. Il ne faut ni ajouter, ni retrancher notre part de « l'arbre de la vie ». Enlever une colonne à cet édifice équivaut à laisser crouler toute la construction.

Toute naissance est accompagnée de souffrance. Pourquoi vouloir l'éloigner de celui qui cherche la paix de Dieu ? Eve a désiré que ses yeux fussent ouverts afin de connaître « comme Dieu ». Elle acquit la connaissance de la souffrance! A la naissance d'une ère nouvelle, Dieu le Fils mourut sur un bois maudit, après l'agonie de Gethsémané. A Nicodème, Jésus dit: « il faut que tu naisses de nouveau »... et ce n'est point sans peines! L'église, épouse de Christ, doit prendre part aux souffrances de son chef: « Il a été élevé à la perfection par les souffrances » (Hébr. 2: 10). Il en est de même pour « quiconque », pour chaque chrétien. Notre nouvelle naissance ne peut être que dans l'humiliation, la contrition, la repentance.

Tout chrétien, tout évangéliste qui n'annonce pas toute la vérité, tout le conseil de Dieu, est coupable envers ceux qui l'écoutent. Il crée un vide, il ouvre une porte à l'Ennemi. Ce dernier a alors l'occasion de « piller la maison » (Mat. 12: 29), c'est-à-dire qu'on lui offre la liberté de présenter ses propres théories, ses conceptions, ses interprétations erronées. L'Ecriture nous en rend attentifs: « Si quelqu'un vient vous prêcher un autre Jésus que celui que nous avons prêché, ou si vous recevez un autre esprit que celui que vous avez reçu, ou un autre évangile que celui que vous avez embrassé, vous le supportez fort bien » (II Cor.11:4).

Si votre départ dans la course chrétienne ne s'est pas fait dans la repentance envers Dieu, examinez à nouveau votre situation. Dieu pardonne à celui qui Le recherche et se repent.

Et Christ est-il bien votre Rédemption, Celui qui a payé votre dette ? Cette vérité est-elle bien ancrée dans votre coeur, et votre assurance de salut éternel est-elle bien confirmée par l'Esprit Saint qui « rend témoignage à votre esprit que vous êtes enfant de Dieu » ?

Car il yen a qui diront: « Seigneur, Seigneur, n'avons-nous pas prophétisé par ton nom ? n'avons-nous pas chassé des démons par ton nom ? et n'avons-nous pas fait beaucoup de miracles par ton nom ? » Vous connaissez la réponse: « Je ne vous ai jamais connus! ». Oui sont ceux-là dont Jésus parle ? Nous ne savons. Mais l'avertissement est suffisamment sérieux pour que nous y prenions garde.

* * *
What is Promesses ? Accueil  |  Catalogue  |  Recherche  |  Liens  |  Impressum  |  La Bible