Abonnement     Lettre de nouvelle

Sommaire du n° 49 jan - mar 1979

 



Ta
parole

Ta parole est la semence
Qui, régénérant le pécheur,
Lui donne l'assurance
Et le préserve d'erreur.

Dieu tout-puissant ! Sans ta parole
Le chrétien serait comme un vaisseau
Luttant dans la tempête, sans boussole,
Ou comme la lampe sous le boisseau.

La doctrine et l'amour

I Timothée 1 : 3-11
Ch. Kouyoumdjian

Dès ses débuts, l'Eglise a été placée face à un problème fondamental: la nécessité de s'appuyer sur des bases claires, non équivoques.
L'un des premiers à avoir été confronté à cette question fut l'apôtre Pierre.
Nous voyons dans Actes 10 que Pierre est amené à annoncer la Parole à des gens des nations, à savoir, Corneille et sa maison. Pierre va devoir entrer et manger chez des non-juifs, ce qui va lui être reproché dans Actes 11: 3.
Bien que des prosélytes juifs aient pu se convertir le jour de Pentecôte et par la prédication de Philippe dans Actes 8, l'Evangile avait été annoncé essentiellement aux Juifs.
Un courant existait dans l'Eglise primitive exigeant la circoncision des nouveaux convertis et l'observation de la loi: Actes 15: 1 et 15: 5.

Un vif débat va s'engager: Pourquoi ?
Parce que la doctrine n'était pas claire: salut par la loi ? ou salut par la foi ?
Le Concile de Jérusalem devra se réunir pour éclaircir une question de doctrine fondamentale: Actes 15 : 24-28.
Il était nécessaire que la révélation de Dieu soit clairement exprimée pour éviter des discussions, des divisions et le trouble: Ac. 15: 24.
Cette première grande question sera suivie de nombreuses autres. L'Eglise va voir surgir en elle et autour d'elle des hommes qui vont se saisir des vérités révélées par le moyen des apôtres pour les transformer, les déformer: Ces hommes vont en entraîner d'autres dans leur sillage. C'est ainsi que naissent les sectes.
L'apôtre Paul, dont le souci de rigueur doctrinale va être permanent, devra constamment mettre ses lecteurs en garde contre le danger de déviation: Romains 16: 17; Galates 1: 7; 2 Timothée 2: 18.
Cette situation va aller en s'amplifiant. Plusieurs passages nous disent clairement que les fausses doctrines seront la normalité des derniers temps: Matt. 24 : 4, 5-11; I Timothée 4: 1 ; 2 Timothée 3: 5 ; 4: 3-4.

Les fausses doctrines sont la source de toutes sectes.

Une Eglise où la doctrine n'est pas clairement enseignée est une Eglise qui va vers la division. Il n'est pas étonnant que cette question revienne dix fois dans les épîtres pastorales.
Paul va donner à Timothée, son enfant dans la foi, responsable d'église, les instructions pour lutter efficacement contre les sectes et pour affermir ses auditeurs.
La première recommandation que Paul fait à Timothée, c'est de saisir clairement ce qu'il croit: I Timothée 1: 3b ; I Timothée 4: 6 ; Tite 2 : 1.
La première chose que l'enfant de Dieu doit connaître pour lutter efficacement contre les sectes, c'est connaître la doctrine biblique.
Ce n'est pas seulement une bonne chose, c'est aussi une chose nécessaire.
Certains chrétiens ont peur du mot doctrine, comme ils ont peur du mot théologie ou théologien. Certains disent: « Je connais Jean 3: 16, cela me suffit », ou encore: « tout ceci est bien trop compliqué, restons simples comme des enfants ».

La doctrine n'est pas une mauvaise chose.

- Christ avait une doctrine: Matt. 7: 28; Luc 4: 32; Jean 18: 19. Le chrétien doit donc savoir ce qu'il croit afin d'expliquer clairement sa situation par rapport aux autres.
Le monde retentit de toutes sortes de doctrines. La Parole nous dit que des séducteurs sont dans le monde, enseignant d'autres doctrines.
Quelques-unes d'entre elles sont citées :

Apocalypse 2: 14: la doctrine de Balaam.
I Timothée 4: 1: la doctrine des démons.
Hébreux 13: 9 : des doctrines diverses et étrangères.

Nous savons que beaucoup de ces doctrines sont prêchées aujourd'hui. Nous ne pourrons les combattre que si nous sommes aptes à proclamer tout haut la vérité. Même dans l'Eglise, ces dangers peuvent s'infiltrer.

- Dangers de l'exclusivité.
- Dangers de se sentir plus spirituels que les autres.
- Danger des nouveautés.

Ephésiens 4: 14 dit que les dons sont donnés: « afin que nous ne soyons plus des enfants flottants et emportés à tous vents de doctrines ».

Une nouvelle loi = un grave danger.

La doctrine, c'est le squelette du chrétien. C'est ce qui est solide. C'est sur quoi s'appuient les muscles.
Sans squelette, n'importe quel homme ne serait qu'une masse de chair sans force. Sans doctrine, un chrétien est emporté de côté et d'autre, car il ne sait finalement que croire et qui croire.
La connaissance de la doctrine passe par la connaissance de la Parole. Les doctrines sont les vérités fondamentales révélées dans la Bible, livre divinement inspiré. Lire II Timothée 3: 14-17.
C'est par une étude approfondie et systématique de la Parole que nous acquerrons cette doctrine. C'est la voie que Paul indique à Timothée. Mais Paul ne s'arrête pas là. S'il recommande très vivement à Timothée d'avancer dans la voie de la connaissance, il ne fait cependant pas de cette connaissance un but en soi :

Le but du commandement, c'est l'amour.

Si la doctrine, c'est le squelette, ce n'est pas la vie. L'amour, c'est la chair, la vie du chrétien.

La doctrine ne peut aller sans l'amour.

La Parole nous présente une catégorie de croyants qui possédaient une doctrine extrêmement rigoureuse: les pharisiens: Matt. 26 : 27.

Certains chrétiens mettent la doctrine en avant au point de ne plus voir dans les autres chrétiens que des porteurs de doctrine et non des frères. Ils sont soucieux de la vérité au point de devenir méfiants vis- à-vis de tous et se posent immédiatement la question de savoir si ces chrétiens pensent bien, sont dans la droite ligne de leur vérité. Cette attitude conduit à une forme de sectarisme, voire à l'orgueil spirituel ou à la dureté.

Elle est aussi regrettable que la première attitude.

Christ avait une doctrine. - Christ était l'amour.
Il est facile d'avoir. Il est plus difficile d'« être ».

Nous sommes invités à comprendre la finalité de toute connaissance: l'amour.
La doctrine seule = discussions
disputes de mots
querelles d'interprétation.
L'oeuvre de Dieu n'avance pas. I Ti. 5b

La doctrine + l'amour = l'équilibre de Christ.
Dans I Co. 13, Paul présente les deux aspects :

d'un côté: les langues
la prophétie
la science
toute la connaissance
la foi,
de l'autre: l'amour

Si je n'ai pas l'amour, je ne suis rien.

- la nature de Dieu, c'est l'amour.
- le but du commandement, c'est l'amour.
- « L'amour couvre une multitude de péchés ».

La Parole nous exhorte :
- à avancer dans la connaissance
- à rechercher les dons
- mais à vivre de l'amour
- elle disparaîtra
- ils disparaîtront
- la plus grande des choses.
Demandons à Dieu de nous donner l'équilibre de Jésus-Christ.
Il avait une doctrine, mais il visait l'amour.
* * *
What is Promesses ? Accueil  |  Catalogue  |  Recherche  |  Liens  |  Impressum  |  La Bible