Abonnement     Lettre de nouvelle

Sommaire du n° 71 jul - sep 1984

 



Le mariage: institution surannée?


COMME LE CHRIST A AIME L'EGLISE


L'institution du mariage subit aujourd'hui des attaques violentes, dues principalement à la philosophie humaniste de l'hédonisme, qui place la recherche du plaisir au-dessus de toute considération morale. Les romans, les films, les productions de la télévision, et même les élucubrations de certains meneurs religieux, contribuent à corrompre nos conceptions morales et celles de nos enfants aguichés par ce miroitement de faux plaisirs auquel ils sont exposés. Puisque tout ce qui donne de la satisfaction a nos sens est bon par définition, les journaux et les études sociologiques traitent l'amour libre, le divorce, l'adultère et même les perversions sexuelles comme de simples "préférences", donc comme des comportements parfaitement normaux.

Que notre culture subisse le contrecoup de cet assaut sans précédent sur la pudeur et la moralité sexuelle est déjà plus qu'alarmant. Mais que les chrétiens commencent à suivre cette orientation vers l'immoralité est absolument terrifiant. Des chrétiens tout à fait sincères vous diront qu'il est salutaire de vivre en couple avant le mariage, pourvu qu'on s'aime. En plus, disent-ils, on saura s'il y a compatibilité ou non - comme si le mariage pouvait se comparer à l'achat d'une voiture d'occasion. Il faut, disent-ils, se libérer du légalisme et de coutumes surannées.

En répétant ces slogans, on oublie qu'on ne fait que les rabâcher car, en y réfléchissant vraiment, on serait horrifié de découvrir de quelle source ils proviennent.

Tôt ou tard, chacun doit affronter un choix qui déterminera si sa vie sera comblée ou vide, s'il sera libre ou enchaîné, et qui aura autorité sur lui. En fait, il n'y a que deux possibilités : la vérité telle que la Bible nous la révèle, et l'opinion des hommes la première procure la liberté, la deuxième l'enlève.

Un des mensonges les plus astucieux du diable, c'est de faire croire que Dieu rend l'homme malheureux, et que pour être vraiment libre, il doit se débarrasser de toute religion. Rien ne saurait être plus faux ! Ils sont nombreux, ceux qui ont fait l'expérience, ô combien amère, de la misère psychique et sociale pour avoir méprisé la Parole de Dieu et s'être placés sous la tyrannie d'hommes dont les instincts sont l'autorité suprême.

Jésus a prononcé cette parole qui fait autorité: Vous connaîtrez la vérité, et la vérité vous rendra libres. Soumettre sa volonté à l'autorité de Dieu, voilà qui libère du double esclavage de l'opinion des hommes et de la passion. Cherchons donc dans les Ecritures Saintes nos directives pour le mariage, la plus intime des relations humaines. Le texte qui nous servira de base se trouve dans Eph 5.22-33, texte que je vous invite à lire avant de continuer la lecture.

Ce qui frappe d'emblée, c'est que le mariage entre un homme et une femme est une illustration parlante de la relation spirituelle entre le Christ et son Eglise.

L'Evangile se trouve reflété dans l'amour vécu par un homme et une femme chrétiens dans le cadre du mariage. Comment cela?

D'abord, le mariage est un engagement qui est basé sur l'amour de l'époux pour son épouse -tout comme l'engagement entre le Christ et son Eglise. Ensuite, le mariage fait de deux personnalités une seule - tout comme le nouveau converti est uni par la foi avec Christ, dont il partage la vie. Enfin, le mariage est une union organique dans laquelle le mari (représentant le Christ) est le chef plein d'égards, et la femme (représentant l'Eglise) se soumet de bonne grâce à l'autorité de son mari.

Cette image est une illustration si parlante des valeurs chrétiennes que les puissances sataniques cherchent à la détruire par tous les moyens. Et beaucoup de chrétiens qui fréquentent les cultes, prient et chantent des cantiques le dimanche matin, y contribuent, car leur vie de fa- mille est une flagrante contradiction de ce qu'ils professent àl'église. C'est à eux que s'adresse la question de Jésus : Pourquoi m'appelez-vous Seigneur, si vous ne faites pas ce que je dis?
Considérons donc les trois aspects du mariage que le texte proposé relève : amour, union et entendement.

Eph 5.25 dit que l'union maritale est inaugurée et soutenue par l'amour du mari, amour sans lequel le mariage ne serait qu'une relation légale dégradante produisant tensions, frustrations et haine. Malheureusement, bien des gens s'imaginent que s'ils entraient en relation avec Dieu, il exigerait d'eux une soumission servile qui tuerait leur joie et les rendrait misérables. Quel mensonge Car c'est Dieu qui, par amour, prit l'initiative en donnant son Fils pour qu'il nous rachète. Christ nous a aimés le premier, et nous avons répondu à ses avances en le recevant et en lui obéissant, tout comme une femme répond à l'amour de son mari en se soumettant joyeusement àson autorité.

L'amour est plus qu'une émotion. "Je t'aime" ne devrait pas être synonyme de "Je te désire pour mon propre plaisir". L'amour authentique donne. Le mari chrétien prie pour sa femme, prend soin d'elle spirituellement et matériellement, et il la protège de ses ennemis et des critiques. Il se confie à elle et l'écoute. Il est son conseiller et son conducteur spirituel. Avec lui, elle se sent en sécurité.

Quand le mari apporte des cadeaux à sa femme, elle apprécie son intention bien au-delà du prix qu'il aura payé. Peut-être qu'il lui donnera des fleurs sans raison particulière, ou qu'il l'emmènera à un endroit qu'elle aime bien. Seulement, si votre femme n'a pas l'habitude d'être traitée de cette façon, commencez doucement. On m'a raconté l'histoire d'un Américain qui se rappela tout à coup que c'était l'anniversaire de sa femme. Ne lui ayant pas fait de cadeau depuis des années, il se sentit coupable et s'adressa à son ami, qui lui conseilla de lui acheter des fleurs et des bonbons. Il sonna donc à la porte chargé de roses et d'une boite de pralinés. Mais quand il lança d'une voix retentissante "Heureux anniversaire, ma chérie !" - sa femme éclata en sanglots. "O Jean, dit-elle, j'ai passé une journée affreuse Les enfants n'ont pas voulu obéir, la machine à laver est tombée en panne, j'ai brûlé le rôti, et à présent tu rentres complètement rond !"

L'amour authentique ne pose pas de conditions. Le mari aime sa femme comme le Christ a aimé l'Eglise et s'est livré pour elle. Ne faites pas "mériter" votre amour à votre femme. N'exigez pas qu'elle soit parfaite vous serez déçu. Elle ne suivra pas forcément tous vos conseils. Elle dépensera ou nettoiera peut-être trop - ou pas assez Les repas ne seront pas toujours prêts à l'heure ou même alléchants. Aimez-la telle qu'elle est, non pas telle que vous voudriez qu'elle soit. - C'est ainsi que le Christ vous aime !

L'amour pardonne c'est le coeur de l'Evangile. Le Christ s'est donné afin de nous pardonner. Vous lui ressemblez le plus quand vous pardonnez. Si vous ne savez pas pardonner -en particulier à votre conjoint -, alors Jésus dit que vous êtes un mauvais chrétien, que vous n'avez pas vraiment compris l'Evangile. Si vous ne commencez pas à pardonner à la maison, où les occasions se présentent nombreuses, vous risquez de ne pas pouvoir le faire ailleurs.

L'amour marital est exclusif. Il implique une fidélité à vie. Tout adultère est destructif pour le couple et pour son témoignage chrétien. Jim Petersen illustre ce point dans son livre "Evangelism as a Life-style" (Une Vie qui parle, Navpresse, Strasbourg). Lors d'un voyage en avion, il se trouva à côté d'une femme fort attrayante qui était manifestement en quête d'une aventure. Il se mit alors à lui expliquer pourquoi il ne trompait jamais sa femme, même qu'elle ne se douterait de rien en raison de sa totale confiance en lui. Car ce ne sont ni les plaisirs clandestins, ni la position sociale, ni les passe-temps qui donnent à la vie son vrai sens, mais les relations humaines. Or, Petersen ne veut pas détruire la relation la plus précieuse dont il jouit. Même si sa femme ne s apercevait de rien, lui-même saurait qu'il a trahi sa confiance, ce qui créerait une distance entre eux. Ils deviendraient des étrangers sous le même toit, et ce serait les enfants qui pâtiraient le plus de son infidélité, ce qui serait le comble de l'égoïsme. - Sa voisine, qui avait 24 ans, fut touchée à vif par ce propos. Elle lui confia que c'était précisément à cause des liaisons qu'entretenaient tous ses amis mariés qu'elle ne voulait pas se marier. Quel ne fut pas son étonnement quand Petersen lui apprit que ses idées lui venaient de la Bible! Leur entretien fut interrompu à l'atterrissage... Une année plus tard, Petersen rencontra cette femme dans une église. Sa vie avait été transformée par le Christ. Telle est la force du témoignage d'un mariage vécu selon la Bible !

La conception de la fidélité dans le mariage nous fait saisir un autre aspect de la nature de Dieu. Jésus-Christ s'engage a une fidélité éternelle quand nous recevons son amour. Mais il demande la réciprocité. Même si vous commettez un adultère spirituel, par exemple en adhérant aux philosophies de l'humanisme, il reste fidèle (il ne peut se renier lui-même), bien qu'il soit profondément attristé. Il n'abandonne jamais son épouse, l'Eglise, tel un mari inconstant, mais cherche patiemment à rétablir sa santé spirituelle.

Par le mariage, un homme et une femme contractent une union permanente. Jésus et les apôtres ne laissent aucun doute sur la permanence du mariage. Cette vue sublime du mariage exclut toute "accommodation culturelle". L'union du couple, loin d'être seulement d'ordre physique, embrasse leurs personnalités qui, d'une manière mystérieuse, deviennent une seule personne, de sorte qu'aucun des deux conjoints n'est complet sans l'autre. - L'apôtre Paul écrivait aux Corinthiens que le chrétien est une nouvelle créature en Christ. Ce n'est plus moi qui vis, c'est Christ qui vit en moi, dit-il aux Galates. Personne n'est plus jamais seul quand il est devenu un avec le Christ.

C'est parce que le mariage est une union permanente que la Bible considère le divorce comme un acte anormal, mutilant, que les chrétiens doivent éviter. C'est sur ce point que l'humanisme hédoniste se heurte à la Bible. Un chrétien authentique qui a choisi comme autorité suprême la Parole de Dieu ne peut pas envisager les passades, les liaisons au fil du hasard, comme cela est malheureusement pratiqué par pas mal de chrétiens jeunes et moins jeunes, séduits par des considérations extra-bibliques.

Finalement, notre texte de base nous montre que le mariage reflète l'ordre établi par Dieu dans ses relations avec les hommes. Christ est le chef de l'Eglise, qui se soumet spontanément à son autorité de même, une épouse chrétienne accepte et encourage l'autorité de son mari dans la famille. Si elle se mettait à agir indépendamment de lui, elle renierait sa vraie nature et risquerait de perdre son bonheur. En se soumettant, elle connaît la vraie liberté.

Pourtant, cette relation serait pire qu'un esclavage si elle n'était pas motivée par l'amour. Personne ne parle d'esclavage quand une mère se lève a trois heures du matin pour soigner un enfant malade. La femme soumise n'est pas inférieure pour autant, pas plus que Jésus-Christ, le Fils de Dieu, est une personne inférieure de la divinité parce qu'il se soumet au Père. La tête n'est pas supérieure au coeur. Les deux agissent ensemble. Mais c'est la tête qui prend les décisions parce que c'est ainsi que le corps fonctionne. La encore, il faut choisir entre les insinuations des humanistes et la voix de Dieu. Dieu ne nous force jamais ,car aucune menace ne saurait produire en nous ce travail de notre amour (1 Thes 1.3) qu'il désire nous voir accomplir.

Le mari qui cherche à remplir son rôle de chef de la femme seIon l'Ecriture doit être conscient que, s'il est le conducteur, il doit aussi être un serviteur, jamais un dictateur. Jésus, le chef de l'Eglise, disait : Je suis au milieu de vous comme celui qui sert,- et il lava les pieds de ses disciples. Une autre fois, Jésus dit Le plus grand parmi vous sera votre serviteur. Le mari-conducteur chrétien devrait donc aider sa femme à exercer ses dons, àdevenir cet être unique que Dieu veut qu'elle soit, et à mettre en action le maximum de ses capacités d'enfant de Dieu. Le foyer mené par un chef de cette qualité connaîtra une harmonie divine. La femme qui a la chance d'avoir un mari exerçant cette autorité parée de service dévoué ne trouvera pas difficile de le suivre.

Mais, tout comme le mari, la femme aussi ne doit pas faire dépendre son amour et sa soumission de certaines conditions. Si son mari n'assume que difficilement ses fonctions de chef de famille, elle doit l'y aider en lui donnant confiance en ses capacités au lieu de le démolir. Qu'elle remercie le Seigneur pour les bons côtés de son mari, et qu'elle prie pour ses faiblesses. Qu'elle l'aide à bien faire son travail professionnel, car son amour-propre en dépend, et qu'elle ne le contredise pas en public et ne sape pas la confiance que les enfants témoignent àleur père. "Mais que faire si mon mari a mauvais caractère, s'il est inconséquent, exigeant et impassible? Dois-je quand-même me soumettre ?" Eh bien, oui. Ce sera plus difficile, mais cela vous obligera à vous appuyer sur Dieu afin de vous soumettre à son autorité de bon coeur. Dieu nous demande de suivre les instructions de sa Parole sans tenir compte de l'attitude des autres. Selon ce principe, une épouse ne doit pas faire dépendre la soumission à son mari de l'obéissance de ce dernier àla Parole de Dieu. Une telle obéissance impressionnera le mari incrédule à tel point qu'il y a toutes les chances qu'il se convertisse.

Vous pensez peut-être que jamais vous ne sauriez suffire à des exigences si élevées. Soit. Mais nous avons besoin d'un idéal vers lequel tendre. Tout échec peut être confessé au Seigneur, qui pardonne et purifie. Son amour est sans faille. Il est touché par nos faiblesses et ne nous fera jamais défaut.

En fait, tout comportement chrétien est surnaturel. Il nous est impossible de vivre selon les exigences chrétiennes sans l'aide de Dieu. Le premier pas vers la piété, que ce soit dans le mariage ou dans toute autre relation humaine, est la soumission au Seigneur. Peut-être ne vous êtes-vous jamais vraiment soumis au Seigneur ? Il faut que vous vous consacriez à Jésus-Christ avant de vous attendre à un progrès quelconque. Ensuite, marchez par la foi, conscient de votre union avec lui et de son amour éternel pour vous. Rappelez-vous que Dieu ne donne ni ne retient son amour en fonction de ce que vous faites ou ne faites pas. Faites confiance au Saint-Esprit, qui vous donnera la puissance dont vous avez besoin pour surmonter les tendances égoïstes de votre nature pécheresse, pour vous mener dans les verts pâturages de sa bénédiction, près des eaux paisibles.

Dieu désire que vous soyez parfaitement heureux dans votre mariage. C'est lui qui l'a inventé, lui le Dieu de toute joie. Non seulement il a inventé les plaisirs qui découlent de la communion dans le mariage, mais il nous a aussi donné, dans les Saintes Ecritures, les instructions garantissant un mariage heureux.

Que sa vérité vous libère et vous comble dans la mesure où la droiture régnera entre vous et où vous vous consacrerez au Seigneur en recherchant sa volonté par la lecture de sa Parole et dans la prière en commun. Que votre foyer répande le parfum de la grâce de Dieu.

Sermon prêché lors d'un
mariage en février 1984 par
M. George CRIPE, pasteur

Traduit et adapté par
J.P. SCHNEIDER

What is Promesses ? Accueil  |  Catalogue  |  Recherche  |  Liens  |  Impressum  |  La Bible