Abonnement     Lettre de nouvelle

Sommaire du n° 73 avr - jun 1985

 



La maladie du pouvoir

Bernard COUSYN

QUELQUES DEVIATIONS DU LEADERSHIP

L'origine des problèmes

Dans les articles précédents, la situation décrite peut être ainsi résumée: un chef émerge du sein d'un groupe avec pour projet d'y établir un tissu de relations mutuelles. Son propos en effet est de permettre a chacun de s'édifier et de s'épanouir. Ce leader-pédagogue n'agit pas à sa guise, mais veille à la satisfaction des besoins de chacun, agissant naturellement dans les limites du domaine où il est compétent et où il a reçu l'autorité de la part du groupe.

Seulement voilà: cet échange entre le groupe et son chef peut se détériorer de façon subtile, sans qu'il y ait prise de pouvoir de manière ostensible, ni même abus de pouvoir. S'il est impossible, dans ce cadre, d'examiner tous les aspects du problème, il vaut la peine de se pencher sur quelques cas caractéristiques qui illustrent une attitude négative du leader dans le groupe. Ces critères généraux peuvent s'appliquer soit à l'attitude d'un responsable au sein d'un groupe de jeunes, soit à l'action d'un ancien dans son église, soit encore à la manière dont un animateur gère son groupe en centre de vacances par exemple, même si, dans ce dernier cas, l'autorité dont il est investi est avant tout fonctionnelle.


Le vedettariat

Le risque le plus évident pour celui qui est le leader d'un groupe, c'est d'être constamment la référence, c'est-à-dire celui qui sait. Sans prendre l'allure d'un champion, il risque de passer pour le spécialiste. Le pouvoir peut ainsi pernicieusement amener le leader à devenir indispensable, et par conséquent à inverser l'ordre des choses: au lieu de "veiller au troupeau" qui lui est échu, le leader existe maintenant par le troupeau. Autrement dit, les membres du groupe dépendent entièrement du chef, qu'ils se sentent tenus d'applaudir... Sans autre alternative, chacun se trouve soit parmi les admirateurs, soit en dehors du groupe. L'égoïsme du chef divise donc le groupe en deux blocs: les pour et les contre.

Inutile d'insister sur la futilité de son rôle de pédagogue: d'une part, l'unité du groupe est détruite d'autre part, le leader voit d'un mauvais oeil que quelqu'un progresse et puisse devenir plus apte que lui!


Le laisser-faire

Le deuxième risque, c'est que celui à qui vient d'échoir l'autorité dans un groupe, garde le titre de chef tout en évacuant la charge du leader de son contenu. Par paresse, ou plus souvent par démission, le chef du groupe n'en retient plus que le nom. Naissent alors toutes sortes de prétextes destinés à masquer l'incapacité notoire du leader: le groupe est suffisamment adulte pour se conduire seul il faut bien un peu de liberté pour que chacun se prenne en charge...

En fait, cette passivité engendre la mort du groupe, parce que s'il n'y a pas d'action de la part du chef, c'est qu'il n'y a plus de projet. Il y avait bien à l'origine l'apparence d'un projet, juste assez pour que le groupe puisse en déduire qu'il était un leader probable. Il y a pire ici que la maladie du pouvoir: la maladie du titre de chef.


L'autoritarisme

Le pendant de ce qui précède est de faire sentir au groupe tout le poids que représente la charge de leader. Par peur de sa nouvelle fonction face au groupe, par timidité peut-être aussi, le leader se campe dans un personnage inabordable, et en même temps, confondant autorité et force, il aimerait que tout le groupe "marche à sa musique". Au lieu que chacun puisse progresser sur son chemin propre, chacun doit progresser sur le chemin du leader. Non seulement cette attitude trahit un indéniable manque de respect de l'autre, mais elle s'arroge aussi le droit d'être le directeur de conscience de chacun. L'autoritarisme de cette trempe-là a ceci d'insidieux qu'il peut être mis en oeuvre sans violence apparente. On est loin du leader-pédagogue!


Le paternalisme

Ce mot désigne une forme de pouvoir qui a des aspects parfois tellement "sympathiques" qu'on n'y discerne que difficilement une déviation. En effet, il est tellement évident qu'une des fonctions du leader est d'être attentif aux intérêts de tous dans le groupe, qu'il semble naturel de se laisser guider par le chef sans mettre cette conduite en question.

Le chef qui prend à coeur la situation de chacun risque de devenir omniprésent, à un point tel qu'il usurpe même la place d'un parent, d'un conjoint... Sans prôner le détachement, il semble que ce leader prend une place trop envahissante.

Celui du groupe qui se distancie de cette présence oppressante s'expose souvent au chantage, parfois inconscient, de la part du leader. Chantage affectif avec des phrases du genre "tu ne m'aimes plus" chantage spirituel avec des affirmations du genre "tu te détaches du Seigneur".

L'exclusivisme du leader en tant que chef du groupe est antipédagogique: nous sommes loin de ce chef qui est prêt à rentrer dans les rangs (voir Promesses n0 72). Nous sommes au contraire face à un chef qui ne veut pas lâcher son étreinte!


Conclusion

A la base de ces déviations dans le rôle du leader, il y a le préjugé que les membres du groupe seraient incapables d'agir indépendamment et d'atteindre à la maturité dans cette optique-là, chacun est considéré comme un objet et non un sujet - et c'est dramatique!

Il restera, dans le prochain article, à étayer ce qui précède par des textes bibliques. Une chose est certaine: dans les relations humaines troublées par le péché, il est nécessaire, pour que l'ordre règne, qu'une autorité s'établisse dans quelque groupement que ce soit, sans oublier que chacun est créature de Dieu.

(à suivre)

Bernard COUSYN


What is Promesses ? Accueil  |  Catalogue  |  Recherche  |  Liens  |  Impressum  |  La Bible