Abonnement     Lettre de nouvelle

Sommaire du n° 90 oct - dec 1989

 



EDITORIAL

Révélation, raison et sentiment

Henri Lüscher

L'Eglise de Jésus-Christ est de plus en plus confrontée à deux courants dont notre société est imprégnée: le rationalisme et l'irrationalisme. Ces influences humanistes s'y infiltrent et sapent les fondements de la foi chrétienne. L'homme est devenu la mesure de toute évaluation. Cet anthropocentrisme (= l'homme est au centre ) glorifie l'homme et met Dieu au second plan, à moins qu'il ne l'élimine entièrement.

La conception de Dieu

On constate avec effarement que la conception biblique de Dieu est mal connue ou parfois faussée dans nos églises. Il suffit pourtant de se rappeler le commencement du symbole apostolique pour être ramené sur le terrain biblique par cette magnifique affirmation: «Je crois en Dieu, le Père tout-puissant, Créateur du ciel et de la terre.»

De même, l'article un de la Confession de la Rochelle de 1559 proclame: «Nous croyons et nous confessons qu'il y a un seul Dieu qui est une seule Personne, spirituelle, éternelle, invisible, immuable, infinie, ineffable, qui peut toutes choses, qui est toute sage, toute bonne, toute juste, toute miséricordieuse.» Voilà une conception biblique de Dieu tracée magistralement, en peu de mots, qui nous transmet fidèlement la foi chrétienne orthodoxe (historique) que toutes les grandes confessions chrétiennes ont défendue depuis le symbole des apôtres.

Mais souvent les vérités doctrinales révélées par la Bible sont limitées ou rejetées, parce que notre raison, notre intuition ou notre sentiment sont dépassés et ne les acceptent pas. Il va sans dire que notre conception de Dieu influence toujours celle que nous avons de l'évangélisation, de la mission et de la façon de construire nos églises.

Un choix à opérer

Il faut choisir: soit une acceptation sans réserve des révélation doctrinales et morales de la parole de Dieu, soit une soumission de ces révélations à la raison ou aux sentiments humains.

Nous rejetons l'approche humaniste, qu'il soit teinté de rationalisme, où n'est acceptable que ce qui est conforme à la raison naturelle, de mysticisme, où les sentiments et les intuitions sont prépondérants, d'empirisme (tout est acquis par l'expérience) ou de pragmatisme (tout dépend de l'application pratique). Car cette approche est subjective et refuse les absolus de Dieu. Elle ne peut constituer un quelconque critère ni ne saurait s'ériger en juge face à la révélation divine de la Bible.

Affirmation

Nous affirmons avec force:
- Dieu est à l'origine de la vérité et de l'éthique (valeurs morales).
- La révélation de Dieu manifestée dans les Saintes Ecritures est l'autorité finale sur la vérité et la morale.
- La Bible nous révèle la vérité sur Dieu, la création, l'origine de l'homme, sa chute, la rédemption par Jésus-Christ, son retour et le dénouement de l'histoire humaine.
- Cette révélation contient toutes les informations nécessaires à notre salut et à notre épanouissement spirituel en Christ.

Le rationalisme

Le célèbre «Je pense donc je suis» de Descartes place d'emblée l'homme au centre. L'homme, et non plus Dieu, est devenu le point de départ. Le résultat de ce décalage fatal équivaut à une limitation de la réalité à ce qui est «raisonnable»; tout ce qui est «impensable» est rejeté. La raison humaine juge de tout selon les critères de l'intelligence et de la logique. Les mystères de la foi sont alors logiquement considérés comme incohérents et irrationnels. Ainsi la Trinité, la souveraineté de Dieu, sa préconnaissance, la prédestination, la chute, l'imputation du péché d'Adam, l'expiation substitutionnelle de Christ, le salut, les peines éternelles et l'inerrance de la Bible sont déclarés inacceptables.

Ceci dit, il est important de souligner que la Bible ne rejette jamais la raison humaine en tant qu'instrument de compréhension. Elle désigne la raison par des termes tels que «bon sens» (1 Sam 25.3), «intelligence» (Deut 32.28), «raison saine» (Prov 13.15, certaines versions). Mais la Bible va au-delà de la simple raison hu­maine, et ceci sans être ni irrationnelle, ni irraisonnable, ni illogique. Il n'y a pas de contradiction. C'est la nature pécheresse qui y fait obstruction. Car une des conséquences du péché a été l'obscurcissement de la raison humaine. On ne peut s'y fier, de sorte que l'intelligence doit être tranformée et renouvelée afin de pouvoir saisir la pensées de Dieu (Rom 12.2). Car Dieu a aussi créé la raison humaine, et lui seul peut en rétablir le bon fonctionnement.

Le mysticisme

Notre temps est aussi caractérisé par une poussée de mysticisme, autre aspect de l'humanisme. La communion intime avec Dieu est recherchée à travers des états d'âme où l'émotion fervente et l'intuition jouent un grand rôle, à l'exclusion des raisonnements et des déductions logiques basés sur l'Ecriture. Les sentiments euphoriques et l'exaltation psychique rendent les vérités doctrinales et morales accessoires.

Quoi d'étonnant si les religions orientales, millénaires, qui ont pour base la «méditation transcendantale » intériorisée pour trouver «la vérité», sont devenues si actuelles. Le Nouvel Age prône ce genre de mysticisme qui doit servir à «la réalisation du Moi» en libérant les potentialités insoupçonnées qui sommeillent en tout homme.

L'Eglise est guettée par ce nouveau mysticisme sous ses différentes formes. Combien de fois n'entendons-nous par dire: «Le Seigneur m'a dit ceci ou cela.» Les intuitions et les visions sont devenues des guides alors que l'Ecriture est reléguée au second plan.

De nouveau, il faut relever que la Bible est loin de déprécier les sentiments. Mais comme le coeur de l'homme est tortueux par-dessus tout (Jér 17.9), il y a lieu de s'en méfier autant que de la raison non régénérée par l'action de l'Esprit. Comme la raison, les émotions doivent être soumises au Seigneur et examinées à la lumière de la Parole, seul critère absolu.

L'empirisme

Un autre courant se fait sentir dans l'Eglise: celui de l'empirisme. L'expérience est considérée par certains comme l'expression de la vérité; ils croient pouvoir se passer de l'enseignement biblique, au point où ceux qui font appel à la saine doctrine (Tite 1.9) sont traités de pauvres demeurés.

Conclusion

Sommes-nous en train de nous laisser séduire par l'humanisme avec ses raisonnements et son mysticisme? Nous avons reçu la révélation de Dieu, sa Parole, notre seule autorité en matière de doctrine et de morale. Il est impératif de revenir sur ce terrain sûr en y soumettant notre raison et nos sentiments, afin que Dieu, notre Créateur, soit honoré et glorifié.

Henri Lüscher
What is Promesses ? Accueil  |  Catalogue  |  Recherche  |  Liens  |  Impressum  |  La Bible