Abonnement     Lettre de nouvelle

Sommaire du n° 90 oct - dec 1989

 



Fondements (3)

Le péché

Jean-Pierre Schneider

A. Préliminaire

Son origine: le doute («Dieu aurait-il dit?»); autrement dit: manque de foi en la parole de Dieu (incrédulité).
Son occasion: la convoitise (elle est de taille: être comme Dieu!) [Rom 7.7]
Sa conséquence: la mort de l'amour (pour Dieu et le prochain) et du corps.
Son remède: la mort de Dieu (son sang) et ma mort avec lui, suivie de la résurrection à la vie.
Son abolition: dans le royaume éternel (nouvelle terre et nouveaux cieux). [1 Cor 15.54-57]

B. Le péché dans l'Ancien Testament

1. Vocabulaire
a) manquer son but (action sans valeur)
(«J'ai péché»: litt: «Je me suis égaré», 2 Rois 18.14)
b) quelque chose de tordu, de pas droit
c) le verbe: souvent «se révolter» (1 Rois 12.19)

2. Signification

Pas de distinction entre le péché et celui qui pèche. Les pécheurs sont des méchants. Les «justes» aussi bien que les «injustes» sont pécheurs de naissance.

Le péché se définit par rapport à Dieu. Il a tout créé bon et en vue du bonheur («Dieu bénit», dans le récit de la création). Tout ce qui agit contrairement à cette intention est péché. Par sa désobéissance, Adam s'oppose à la loi de Dieu et au principe de la vie et entraîne toute l'humanité dans cette voie, qui mène à la mort.

Depuis Adam, l'homme est pécheur dès sa naissance; il a perdu sa liberté de faire le bien et est penché vers la mal (péché originel).

A noter: Ce qui est héréditaire, ce n'est pas la culpabilité, mais la corruption de tout être humain, physique et morale.

La tendance de refuser l'obéissance à Dieu et d'être son propre maître (qui remplace Dieu) est enracinée dans le coeur (Gen 8.21).

Tout péché appelle une punition: Dieu s'en charge, soit par le moyen de l'expiation (sacrifices), soit en punissant l'impénitent (sans repentance, les sacrifices sont inefficaces; exemple: Saùl). Car tout péché est d'abord une offense faite à Dieu (2 Sam 12.13). Même les péchés involontaires restent péchés et doivent être expiés.

Tous les malheurs sont la conséquence du péché. Cela explique la souffrance des «innocents» (Job!), car tous sont pécheurs et sont sous la colère de Dieu: dans ce sens, il n'y a pas d'innocents.
 Le péché sépare l'homme de Dieu et de son prochain; il crée la peur envers Dieu et le prochain. Il nuit à l'individu et à la communauté.

Pour rétablir les relations avec Dieu et dans la communauté, Dieu fait alliance, d'abord avec toute l'humanité (par Noé), puis avec un homme de foi (Abraham) et toute sa descendance (Isaac, Jacob), et puis avec le peuple d'Israël au 5mai (cf Gen 9 et 15; Ex 19 et 24).

Les prophètes ont prédit la suppression du péché et de ses maux dans le royaume messianique.

C. Le péché dans le Nouveau Testament

1. Vocabulaire
a) «hamartia» (173 fois): se tromper, manquer le but; (verbe: 42 fois)
b) «adikeo» (27 fois): commettre l'injustice

2. Signification
Paul montre la double cause du péché:
a) révolte contre Dieu (implique la tête, la raison: Rom 1.28)
b) nature humaine contaminée (dans nos membres, qui ne peuvent penser, donc subconscient: Rom 7.23)
 Le péché consiste à refuser de rendre gloire à Dieu (Rom 1.21) et
  refuser de faire la volonté de Dieu.

Ces deux éléments sont présents à la chute.

Le péché repose sur une méconnaissance de la volonté de Dieu. Celle-ci une fois connue, il y a obligation de s'y soumettre, non par contrainte, mais de bon coeur (Rom 6.17), par amour pour Dieu et le prochain (première épître de Jean).

Autrement, c'est du légalisme, qu'on peut définir comme l'absence de coeur dans l'accomplissement des commandements.

Par contre, l'hypocrisie, c'est agir selon la loi en vue de mériter le salut, et s'en vanter (orgueil spirituel).

Le pardon du péché est lié à la repentance et à la confession, afin d'être grâcié sur la base du sacrifice propitiatoire de Christ (qui expie le péché et enlève la colère de Dieu), dont la vertu a été saisie par la foi. C'est ainsi que le pécheur est «justifié par la foi» (Rom 5.1). A partir de ces éléments, retenons:

Définition du péché: «Tout ce qui ne résulte pas de la foi est péché» (Rom 14.23).

3. Deux questions

1. Le chrétien peut-il être sans péché?

Non, dit Jean: 1 Jean 1.8,10.

Mais il ne pratique plus le péché: 1 Jean 3.9-10.

Quand il pèche, le pardon est accordé à cause du sang de Christ et sur confession: 1 Jean 1.79.

2. Pourquoi Dieu a-t-il permis la chute?

Dieu aurait pu neutraliser Satan dès sa chute d'ange de lumière (Lucifer); mais Dieu a choisi de lui laisser la possibilité de séduire l'homme créé à l'image de Dieu, donc par définition un être qui peut choisir, et non un robot. Dieu veut que l'homme choisisse entre lui et Satan et devienne enfant de Dieu par amour pour Dieu et non parce qu'il aurait été programmé ainsi.

D'ailleurs Satan sera jeté en enfer (préparé pour le diable et ses anges: Mat 25.41) après que Dieu lui aura donné la dernière occasion de séduire les hommes à la fin du millénium. Car à ce moment, le temps du choix sera terminé: il v aura le dernier jugement et l'établissement du royaume éternel (Apoc 20.7-21.8), où Sa­tan n'a aucune fonction à remplir.

Jean-Pierre Schneider
What is Promesses ? Accueil  |  Catalogue  |  Recherche  |  Liens  |  Impressum  |  La Bible