Abonnement     Lettre de nouvelle

Sommaire du n° 94 oct - dec 1990

 



Fondements (7)

Les peines éternelles (l'enfer)

Jean-Pierre Schneider

Vocabulaire: Le mot «enfer» n'est pas dans la Bible; il provient de la version latine du passage d'Eph 4.9: «régions inférieures» (lat. infernus).
Définition: L'enfer fut créé par Dieu pour Satan et ses anges (Mat 25.41: cp 2 Pi 2.4). Lieu de châtiment éternel (Mat 25.46) à ne pas confondre avec «shéol» ou «hadès» (= séjour des morts), où les morts attendent le jugement ou la résurrection (dans la section paradis). Depuis la croix et la résurrection. Christ détient la clé du hadès (Apoc 1.18), de sorte que le hadès ne peut affecter l'Eglise (Mat 16.18). Selon Luc 16, le sein d'Abraham = paradis) est séparé du hadès par un abîme infranchissable.

Description de l'enfer dans la Bible

Les flammes éternelles (Es 33.14)- le feu qui ne s'éteint pas (Es 66.24; Mat 3.12)
le feu éternel (Mat 18.8)- le feu et le soufre (Apoc 14.10)
l'étang de feu (Apoc 19.20; 20.15)- la fournaise de feu où il y aura des pleurs et des grincements de dents (Mat 13.42,50)
«La géhenne»: Vallée Gé-hinnom où l'Israël infidèle brûlait des enfants à Moloch (2 Rois 23.10); plus tard, on y consumait les ordures de Jérusalem. Jésus s'y réfère il fois (p.ex. Mat 5.22; 18.9; Marc 9.43: Luc 12.5). et Jacques une fois (3.6). Caractéristiques: «leur ver ne meurt point et le feu ne <éteint point (Marc 9.48).

L'enfer est donc le lieu des tourments éternels.

Cela fait partie du fondement de l'enseignement élémentaire (Héb 6.1-2). Ne pas vouloir y croire mène à l'incrédulité sur d'autres points (voir plus bas).

Selon Apoc 9.11, «l'ange de l'abîme» règne sur l~enfer, et non Satan! Il peut l'ouvrir et le fermer (Apoc 9.1; 20.1-3). On peut l'identifier avec l'ange destructeur de l'Eternel (Ex 12.23; 2 Rois 19.35).

Le lieu: Il est toujours question de «descendre» au shéol/hadès, tout comme de «monter» au ciel; le hadès et l'enfer pourraient donc être au centre de la terre, où la température est quelque peu élevée... (cf Luc 10.15: «élevé jusqu'au ciel... abaissé jusqu'au séjour des morts»). Note: Mat 12.40 signifie probablement la tombe.

La nature des tourments éternels

Le NT n'offre aucune description, par contre des images d'ordre spirituel: le ver rongeur (= les remords); feu, flammes (= souffrances cuisantes); ténèbres (= coupé de la lumière, donc de Dieu). Meilleure définition: 2 Thes 1.9.

Quelques caractéristiques:Selon Luc 16:
Es 57.21: point de paix- séparé du lieu de félicité
Dan 12.2: honte éternelle- conscience et mémoire intactes
Mat 13.42: pleurs et grincements- aucun espoir, aucune aide possible

La durée: éternelle, selon de nombreuses citations ci-dessus. Ces textes ne peuvent être compris autrement, pas plus que ceux qui parlent de vie éternelle (Dan 12.2).

Un problème: L'enfer et l'amour de Dieu - sont-ils compatibles?

  1. A la base, il y a une fausse idée du «Bon Dieu» indulgent qui passe l'éponge. L'exemple le plus parlant: Gal 3.10-14 - la justice et la sainteté de Dieu demandaient que son Fils bien-aimé fût maudit pour lever la malédiction qui repose sur le pécheur.
  2. La preuve que la condamnation à l'enfer n'est pas contraire à l'amour de Dieu: Christ lui-même en sera l'exécuteur (Mat 25.41)! Il y a plus: les condamnés seront tourmentés «devant l'Agneau» (Apoc 14.10)! Si le Christ, Amour par excellence, peut contempler l'enfer depuis le ciel, c'est que la félicité n'en souffrira pas.

Interprétations erronées

1. Le conditionnalisme

Triple argumentation:
- a) «Dieu seul possède l'immortalité» (1 Tim 6.16); il ne la communique qu'aux croyants (1 Jean 5.12: «a la vie... - n'a pas la vie»).
- b) «L'âme qui pèche mourra» (Ez 18.4): elle serait anéantie comme le corps.
- c) Dieu va «détruire ceux qui détruisent la terre» (Apoc 11.18). c.-à-d. anéantir.

Triple réfutation:
- a) Les incrédules sont voués à «la seconde mort» qui est l'étang de feu éternel (Apoc 20.10,14).
- b) L'âme (la personnalité) est immortelle: les méchants ressusciteront à «l'abjection éternelle» (Dan 12.2; cp Jean 5.29)
- c) Ceux qui détruisent la terre ne l'anéantissent pas: ils la ruinent et lis rendent malheureuse; c'est ce qui leur arrivera. Note: une étude du mot «anéantir» montre que le sens litt. est différent: frémir, dévaster, détruire, retrancher, engloutir, traductions qui se trouvent dans la Segond révisée (Colombe), entre autres.

2. L'universalisme

Double argumentation:
- a) Après un temps quasi éternel, le Dieu d'amour sauvera tous ceux qui n'ont péché, après tout, que pendant leur courte vie terrestre, qui ne saurait se comparer à des tourments sans fin. Textes invoqués: Rom 11.32 (faire miséricorde à tous) et Col 1.20 (réconcilier tout avec lui-même). Même Satan et ses anges se tourneraient vers Christ et recevraient grâce et pardon.
- b) Le triomphe de Christ ne serait pas complet et Dieu ne serait pas tout puissant s'il restait une seule créature en enfer.

Double réfutation:
- a) Le «tous» dans Rom 11.32 et textes similaires doit être compris avec la restriction «tous ceux qui croient». comme quantité de textes le spécifient (p. ex. Rom 3.22; Gal 3.22).
- b) «Dieu veut que tous les hommes soient sauvés» (1 Tim 2.4) doit être lu avec les paroles de Jésus: «J'ai voulu.. et vous ne l'avez pas voulu» (Mat 23.37) et «mes ennemis n'ont pas voulu que je règne sur eux» (Luc 19.27). Dieu a souverainement décidé qu'il n'obligerait personne à croire en lui; il laisse à l'homme le choix: Deut 30.19-20; Jos 24.15; Ps 119.30. (D'autre part: le choix de l'homme est précédé par le choix du Dieu omniscient - Jean 15.16.)

3. Le purgatoire

Definition: Etat intermédiaire entre ciel et enfer qui servirait à purifier ceux qui ne seraient pas assez purs pour aller au ciel.

Réfutation: La Bible ne connaît rien qui puisse être interprété comme purgatoire. Les écrits apocryphes qui y font allusion ne font pas partie de la Parole inspirée de Dieu (sauf pour l'Eglise catholique). Si le purgatoire existait, cela reviendrait à dire que l'oeuvre de la croix ne suffit pas et que le chrétien doit mériter le ciel dans une certaine mesure.

Conclusion de René Pache*

Lire Apoc 21.6 et 22.17.

Les quatre pas qui conduisent au salut: avoir soif de pardon, de vie éternelle venir à Jésus-Christ vouloir recevoir le salut prendre gratuitement le don de Dieu
La Bible affirme: Vont en enfer ceux qui veulent.
 Vont au ciel ceux qui veulent.
*Lecture recommandée: René Pache, «L'enfer existe-t-il?» Edition Emmaüs 1962, 65 pages

Jean-Pierre Schneider

What is Promesses ? Accueil  |  Catalogue  |  Recherche  |  Liens  |  Impressum  |  La Bible