Abonnement     Lettre de nouvelle

Sommaire du n° 95 jan - mar 1991

 



Chronique de livres

Titre: «Quelle justice, quelle paix pour la société l'aujourd'hui?» (46 pages)
Auteur:    Jerram Barrs, Paul Wells
Editeur:Editions Kerygma, 33 Av. Jules-Ferry; F43100 Aix-en-Provence

La première partie de ce livre de 46 pages est centrée sur le thème:

Dieu, la création et les engagements du chrétien.

Le professeur Wells, après avoir montré comment l'humanisme a sécularisé les fondements chrétiens de la culture occidentale, s'attache à rappeler: les fondements de l'engagement chrétien; la structure de cet engagement qui est celle de l'Alliance stipulant les devoirs de l'homme envers Dieu et envers le prochain et la pratique de l'obéissance selon l'Alliance. Comment le chrétien peut-il se situer et s'engager dans trois domaines qui sont ceux de la justice, de la paix et de la conservation de la création? Wells répond à cette interrogation en éclairant l'origine spirituelle des maux qui affligent l'humanité. La conclusion sur l'intégrité de la création est pleine d'espérance. Elle montre comment «Dieu préserve, pour sa gloire, sa création même déchue, en vue du salut et de l'obéissance de son peuple». Et Dieu fait cela «parce que Christ a subi l'enfer de la séparation avec Dieu». Ainsi «le jugement est retenu dans le monde... Et Dieu, dans sa providence, a le pouvoir de restreindre la folie de l'homme et de préserver sa création». Toutefois, cela ne dispense pas les hommes, à ortiori les chrétiens, de respecter la création et de faire tout ce qui est en leur pouvoir pour la préserver.

La deuxième partie, rédigée par Jerram Barrs, est résumée de la façon suivante en exergue: «De même que la paix que nous connaissons dans notre relation avec Dieu vient de ce que Christ a satisfait la justice à notre place, de même, dans la société, la paix est impossible là où règne l'injustice. Cela est vrai dans un pays: pas de paix tant que les criminels sont en liberté. Cela est vrai sur le plan international: pas de paix dans le monde tant qu'il est rempli d'injustices.»

Le texte de Barrs décrit les principes bibliques de la justice et comment ils peuvent s'appliquer à notre génération. Il le fait d'abord en louant le désir de paix, mais en montrant que cela n'implique pas la passivité devant le mal et la menace, comme le croient les pacifistes inconditionnels. Il est faux de dire que «la guerre est toujours contraire à la volonté de Dieu». Estimant que l'argumentation des pacifistes est «erronée de bout en bout», Barrs va, en restant proche de l'actualité, démolir les arguments en projetant la lumière biblique sur les questions fondamentales sui­vantes: la place et l'importance de la justice et du jugement, pour Dieu lui-même et entre les hommes; le lien entre la justice et la mort; le rapport entre les commandements de Dieu pour l'humanité, dans l'AT et le NT, en particulier sur la vengeance personnelle et la punition judiciaire; la vocation de l'Eglise dans le monde et la signification biblique de la paix. La paix sans justice n'est pas conforme à la nature de Dieu.

Ce fascicule est extrêment dense de pensée et peut intéresser un public cultivé aimant la réflexion. La première partie pose les bases théologiques; elle est plus abstraite que la seconde, qui empoigne des sujets tels que: le pacifisme, le légitimité de certaines guerres, la nécessité de l'institution du gouvernement avec le pouvoir de châtier les coupables, l'exercice de la justice à l'intérieur des Etats et au plan de «guerres justes» et, finalement, la morale chrétienne et la dissuasion nucléaire. Les fausses conceptions du pacifisme sont battues en brèche. Ce petit livre a une im­mense portée. Il est un exemple de clarté. A recommander vivement.

Jean-Jacques Dubois

What is Promesses ? Accueil  |  Catalogue  |  Recherche  |  Liens  |  Impressum  |  La Bible