Abonnement     Lettre de nouvelle

Sommaire du n° 95 jan - mar 1991

 



Témoignage

C'est mon histoire

Vers l'âge de 19-20 ans, je quittai le domicile de mes parents pour vivre avec un garçon que j'aimais beaucoup.

Je passai ainsi d'un milieu surprotégé, cotonneux, à l'indépendance, à ce qui était pour moi «La Liberté», mais c'était une fausse liberté. D'abord, c'était l'inconnu, l'aventure. Puis, de par nos connaissances ainsi que le passé de mon ami, nous en sommes venus à la drogue. Nous étions révoltés contre tout et vivions en marge de la société. Nous commencions par fumer du haschich et de la marijuana, achetant d'assez grosses quantités, pour en venir rapidement à l'héroïne, drogue dure.

Après un voyage de 7 mois aux Indes où notre consommation et par là notre dépendance se sont accrues, nous sommes revenus sur Paris pour nous accrocher de plus en plus à l'héroïne. Notre prise était régulière; souvent si intense en une courte durée que nous commencions à éprouver les affres du manque, de la dépendance physique tout autant que psychique. N'ayant qu'une vue bien courte sur les conséquences de nos actes, nous ne vivions que pour l'instant présent. La jouissance de l'éphémère nous faisait tout oublier. Nous fuyions la réalité sans l'ignorer pourtant, mais nous refusions tout simplement de l'appréhender - par crainte?!

Insouciance des jours où, des grammes d'heroïne dans mes poches, blouson de cuir noir sur mon dos, amaigrie et le teint blafard, je traversais Paris en métro, le regard vague, savourant par avance la fête que nous allions faire avec la poudre blanche. Une fête et, comme nous l'appelions, «drôle de fête», où nous allions nous retrouver avec des amis pour savourer davantage la solitude profonde dans laquelle l'heroïne allait nous plonger chacun, la prison dans laquelle nous allions nous enfoncer un peu plus. Quel paradoxe!

Chacun à la recherche de son propre plaisir, nous arrivions à de violentes disputes pour le partage. Un mur de haine commençait à se dresser. La jalousie nous emprisonnait. Un immense fossé se creusait toujours plus profond entre nous et en nous. Le besoin de drogue devenait insatiable, nous privant de sommeil, nous torturant. L'héroïne était devenue la base de notre vie, notre raison d'être. Mon ami et moi ne pouvions plus nous supporter: l'héroïne avait fini par détruire le peu de communication que nous avions.

C'était l'époque des souffrances physiques, des pierres autour des reins... Le désir de mort nous hantait, elle nous semblait souvent plus douce que la vie. Sans espoir, nous l'envisagions souvent comme enfin le repos tant désiré.

Mon ami prit l'initiative de partir. C'était une chance pour nous: peut-être allions-nous nous en sortir chacun de son côté... C'est alors que je me posai honnêtement la question: Veux-tu vivre? Un choix s'imposait pour la suite de ma vie. - «La vie!», a été ma décision, mais à quel prix!

Suivirent trois années de souffrances, d'errance. J'étais totalement désemparée. Pour me dégager des liens de l'héroïne, il me fallut des médicaments, l'hospitalisation, l'isolement total. Mais mon choix était fait, j'irais jusqu'au bout.

Puis une anorexie se declara. Cela me conduisit à St-Anne. Psychiatrie et tentatives de suicide se succédèrent. Tout mon être criait de désespoir.

J'étais en recherche. De qui? De quoi? Qui étais-je? Pourquoi étais-je sur terre? La vie avait-elle un sens? Comment pouvais-je espérer aller mieux, non plus survivre, mais vivre en vérité?

Je m'étais déjà tournée vers la psychologie et la psychanalyse mais étais restée insatisfaite. Puis la musique devait combler ce vide en moi; tous les jours je travaillais des heures durant au piano et pourtant, une insatisfaction demeurait, et cela me laissait profondément triste. J'étais résignée. Je me battais pour vivre, sans résultat. Je cherchais un fondement solide pour mon être, pour ma vie, mais chaque fois que je croyais l'avoir trouvé, il s'effondrait invariablement. Et c'est dans le trou noir du désespoir, au moment où j'ai reconnu mon incapacité, ma profonde misère, mon besoin, que j'ai rencontré Dieu.

J'avais trouvé un travail parmi les enfants. Un chrétien est venu travailler avec moi en équipe. Sa vie lumineuse, sa paix, sa joie si vraie, m'ont interpellée. Il m'a longuement parlé de Jésus, son Sauveur et son Seigneur, m'a expliqué ce que Jésus était venu faire sur la terre, jusqu'où son amour l'a poussé: jusqu'à mourir sur la croix, pour lui, pour moi aussi, pour chacun de nous. J'ai reconnu alors que c'était cet Amour que je cherchais, que je cherchais depuis si longtemps et dont j'avais tant besoin. J'ai reconnu que Jésus-Christ pouvait me combler au-delà de toute espérance.

Ce jour-là, après avoir compris cela, je me suis mise à genoux. J'ai crié à Dieu, imploré son pardon et son aide, et il m'a répondu. Il est venu habiter dans mon coeur par son Saint-Esprit. Des larmes ont jailli de mes yeux, des torrents ont coulé sur mes joues, une joie indicible m'a inondée. Enfin, je vivais.., d'une nouvelle vie que Dieu venait de me donner. Je venais de saisir le cadeau gratuit de Dieu, le don précieux de la Vie Eternelle.

Je me trouvais trop petite pour un tel amour, trop indigne pour qu'un Dieu si grand et pur ait pu penser à moi. Pourtant, Dieu venait de se révéler à moi!

Depuis ce jour, ma vie a radicalement changé. Une lumière s'est levée. Cela ne veut pas dire que tout est facile et que je ne rencontre plus aucune difficulté. Mais la vie a un sens pour moi. Je découvre le but que Dieu a pour moi: me rendre parfaite, à son image et à sa ressemblance. J'apprends au travers des épreuves et des difficultés de la vie à reconnaître la main de Dieu qui me conduit et me dirige, à reconnaître en lui un ami fidèle, un père plein de tendresse à mon égard, patient et plein de bonté. Il est présent dans mon coeur, dans ma vie. Il est celui qui comble le coeur le plus affamé, le plus assoiffé. Il est la lumière qui brille dans les ténèbres.

Toi qui lis ces quelques lignes, puisses-tu entendre la voix du Seigneur qui dit: Je t'aime. Il a été cloué sur le bois pour toi. Son sang a coulé pour te racheter de ta perdition, te laver de tes iniquités. Il est mort pour nous sauver. Il te dit: Je ne jetterai pas dehors celui qui vient à moi! Il dit aussi: Si tu crois, tu verras la gloire de Dieu.

Par mon témoignage, je t'ai amené au pied de la croix. Maintenant à toi de te décider de faire le pas de la foi.

Marie Christine
tiré de «Sens Unique» avec autorisation

What is Promesses ? Accueil  |  Catalogue  |  Recherche  |  Liens  |  Impressum  |  La Bible