Abonnement     Lettre de nouvelle

Sommaire du n° 99 jan - mar 1992

 



Réflexions sur l'amour

Bernard Guy

L'amour , mais de quoi s'agit-il donc?

S'il est un sujet à l'honneur aujourd'hui dans les conversations, les chansons et les téléromans c'est certainement le sujet de l'amour. Vous avez à peine ouvert la radio que les «je t'aime, je t'aime,»déferlent dans vos oreilles. Mais en quoi cet amour consiste-t-il? On ne le sait pas trop. Plusieurs l'identifient à l'expérience sexuelle, d'autres, à la tendresse, d'autres, au respect. Mais qui sait vraiment de quoi il s'agit?

La langue française n'est pas riche pour décrire ce qu'est l'amour. Le verbe aimer est le terme généralement utilisé et on l'emploie à toutes les sauces. On dit «j'aime ma femme»,mais on dit aussi «j'aime les spaghettis». On dit «j'aime Dieu», mais on dit aussi «j'aime mon chien». Pourtant il s'agit, dans tous ces cas de différents types d'amour (du moins, nous osons l'espérer...).

Le grec dispose de quatre termes pour décrire l'amour et exprimer les différentes nuances. Nous examinerons le sens de ces quatres termes, éros, storgé, philia et agapé dans le cadre de cette étude.

Amour passionné? oui, mais en temps et lieu.

Eros est certainement le plus populaire des quatre termes que nous allons maintenant examiner. Eros était le nom du dieu grec de l'amour correspondant au dieu romain Cupidon. Ce terme signifie essentiellement amour passionné. Il nous parle de passion, d'un vif et brûlant désir.

Dans la littérature grecque, éros désigne parfois l'amour du patriote, c'est-à-dire, les sentiments passionnés de celui qui cherche à défendre sa patrie. Simon le zélote était subjugué par un tel amour et aurait fait sauter, s'il en avait eu les moyens, l'empire romain, tant il désirait la libération de sa nation.

On utilise aussi ce terme pour décrire la passion d'un homme épris d'argent. Il y a des gens qui ont un désir démesuré pour l'argent, qui ne pensent qu'à cela. Ignace d'Antioche, un père de l'Eglise qui a vécu entre la fin du 1er siècle et le début du 2e, écrit dans une lettre qu'il adresse aux Romains: «Mon éros a été crucifié et je n'ai plus de passion pour les choses matérielles, mais une source vive qui est en moi et qui me dit à l'intérieur: Viens au Père.» La passion matérielle d'Ignace avait été crucifiée avec Christ.

Bienque l'on retrouve éros, utilisé dans la littérature grecque pour décrire différents types de passions, c'est pour désigner la passion sexuelle qu'il était le plus souvent utilisé. Au départ, il était utilisé pour désigner une passion sexuelle dans l'amour, une passion légitime. Mais l'homme étant ce qu'il est, le terme en est venu très vite à désigner une passion sexuelle dégradée, hors mariage. C'est peut-être pour cela d'ailleurs qu'on ne le retrouve pas dans le Nouveau Testament. Il semble que le Saint-Esprit et les apôtres n'aient pas jugé bon de l'utiliser pour décrire une chose aussi belle que l'amour sexuel dans la vie d'un couple chrétien. Matthieu utilisera plutôt les termes «connaître» et «s'attacher» pour décrire un tel amour. (Mat 1.25; 19.5).

Eros est une énergie qui vient de Dieu et n'est pas nécessairement à rejeter. Il ya plusieurs passions que la Bible nous encourage à vivre:
1. La passion pour Dieu (Luc 10.27)
2. La passion pour sa parole (Jér 15.16)
3. La passion pour les âmes (1 Cor 9.19-23)
4. La passion pour notre épouse (Cant 8.6- 7)

Mais toutes les autres formes de passion sont à fuir: passion pour l'argent, pour la femme d'un autre, passions de la jalousie, de la vengeance, etc. Quand il s'agit de passion, la Bible ne dit pas de résister, mais de fuir, car les passions sont des désirs brûlants auxquels il est très difficile de résister. Souvenons-nous de l'expérience de Joseph avec la femme de Potiphar et ne jouons pas les braves (Gen 39.7-20)!

Affection naturelle? Indispensable!

Storgé désigne une affection naturelle entre personnes de même famille et dans un sens plus large, entre personnes de même appartenance. C'est par exemple l'affection naturelle qui unit les parents et les enfants, les frères et les soeurs. Parce que des gens sont d'une même souche, du même sang, ils éprouvent de l'affection les uns pour les autres. Cette affection n'est ni forcée, ni apprise, mais découle naturellement du fait qu'ils ont conscience du lien de parenté qui les unit. Les grecs utilisaient le terme de «storgé» pour désigner l'amour instinctif d'une mère poule pour ses poussins.

Cette affection devrait exister entre des confrères de classe, des collègues de travail, entre les gens d'une même ville, entre les gens d'un même pays et même entre tous les humains. En effet, Paul dit aux Athéniens dans son discours à l'aréopage que tous les hommes sont sortis d'un seul sang (Actes 17.26). Cela veut dire d'une manière générale que nous sommes tous frères et soeurs et qu'il devrait exister entre nous tous une tendresse particulière, quelles que soient notre race ou notre couleur.

Si l'amour storgé est une tendresse naturelle, que Dieu a mise gracieusement dans le coeur de tous, comment se fait-il que des parents maltraitent et abandonnent leurs enfants? Que des enfants placent leurs parents dans un foyer de vieillards et les oublient jusqu'à leur mort? Que des voisins dont les maisons se touchent s'ignorent même après avoir vécu vingt ans côte à côte? Comment s'expliquer aussi le terrible racisme qui amène les hommes à s'entre-tuer sans même qu'ils se connaissent les uns les autres?

Les textes de l'Ecriture où se trouve le mot storgé nous expliquent précisément ce qu'il en est. On retrouve ce mot trois fois dans le Nouveau Testament et deux fois sur trois, à la forme négative. (Rom 10.12; 1.31; Il Tim 3.3)

Dans Romains 1.31, il est mentionné que ceux qui ne se préoccupent aucunement de connaître Dieu (v .28) deviennent très égoïstes et finissent par ne plus même avoir d'affection naturelle (storgé) pour les autres. Dans 1 Timothée 3.3, l'apôtre Paul souligne que dans les derniers jours, les hommes deviendront insensibles (sans affection naturelle). De là, l'importance pour le chrétien de chercher à connaître Dieu de plus en plus intimement et de ne pas laisser son coeur devenir insensible.

Amour émotif ou amour volontaire? Les deux sont essentiels.

Philia figure sous la forme d'adjectifs, de noms et de verbes une cinquantaine de fois dans le Nouveau Testament et agapé, plus de trois cents fois. Cela nous indique au départ qu'agapé est le terme consacré par le Saint-Esprit et les auteurs du Nouveau Testament pour décrire l'amour de Dieu. Il arrive que philia et agapé soient utilisés comme synonymes, mais la plupart du temps, ils expriment deux types d'amour différents.

En comparant la signification de ces deux termes, nous parvenons facilement à saisir les traits distinctifs.

Philia est un attachement émotif, alors qu'agapé est un attachement volontaire.

1. Je vais vers telle personne parce que mon coeur m'y entraîne. J'éprouve des sentiments favorables pour quelqu'un et cela m'amène à rechercher sa compagnie. Philia est un amour qui provient essentiellement du coeur.

Philia est l'amour typique des fréquentations. Lorque deux jeunes gens se fréquentent, ils sont comme magnétisés l'un par l'autre. Ils sont constamment ramenés l'un vers l'autre par le coeur. Même à distance, deux amoureux vibrent l'un pour l'autre. Et quand ils s'entrevoient, leur coeur commence à battre, leurs yeux scintillent et malheur à celui qui les empêcherait de se voir! Philia est un amour fait entièrement de sentiments et d'émotions.

2. Je décide d'aller vers l'autre pour répondre à ses besoins. Je prends la résolution de lui faire du bien, que mes sentiments m'y incitent ou non. Il se peut que j'aie peu de sympathie pour telle personne, mais cela n'affecte en rien l'agapé. Cet amour ne dépend pas du coeur, mais de la volonté. Tu aimes d'un amour agapé lorsque tu décides délibérément d'établir une relation avec quelqu'un pour lui faire du bien.

Il se peut que la personne dont tu vois les besoins soit la dernière dont tu aimerais prendre soin. Il se peut que ses manières t'agacent, que son comportement t'irrite, mais cela n'a pas d'importance. Tu n'écoutes pas ton coeur qui te suggère de l'ignorer ou de l'éviter et tu travailles avec persévérance à combler ses besoins. C'est cela, l'amour agapé. Et après en avoir pris soin un certain temps, tu vis une expérience merveilleuse. Ton coeur commence à vibrer pour cette personne, qu'auparavant tu ne pouvais même pas sentir. Celle-ci t'apparaît de plus en plus sympathique à tel point que tu jouis désormais de sa présence. L'amour agapé,

What is Promesses ? Accueil  |  Catalogue  |  Recherche  |  Liens  |  Impressum  |  La Bible