Abonnement     Lettre de nouvelle

Sommaire du n° 9 jan - mar 1969

 



Le baptême du Saint-Esprit

F. Horton

Nous avons tous, en effet, été baptisés en un seul Esprit, pour former un seul corps, soit Juifs, soit Grecs, soit esclaves, soit libres, et nous avons tous été abreuvés d'un seul Esprit (1 Cor 12.13).
Et parce que vous êtes fils, Dieu a envoyé dans nos coeurs l'Esprit de son Fils, lequel crie: Abba! Père! (Gal 4.6).
Si quelqu'un n'a pas l'Esprit de Christ, il ne lui appartient pas (Rom 8.9b).

Confusion
Le baptême du Saint-Esprit est, de nos jours, un sujet de discussion bien à la mode et controversé. On entend dire, par exemple, que le baptême de l'Esprit est une expérience distincte de la conversion et subséquente à elle, que le chrétien doit prier pour ce baptême, et que la preuve en est le parler en langues, voire que l'absence de ce dernier est la démonstration que nous n'avons pas encore été baptisés de l'Esprit. D'autres affirment avec autant de conviction que, de toutes manières, certains charismes spectaculaires, dont le parler en langues, ont disparu avec l'Eglise primitive et que, par conséquent, toute manifestation actuelle de ce genre doit avoir une origine diabolique! Déclarations catégoriques et contradictoires: Qui a raison? Qui a tort? Comment arriver à une vue juste?

Principes d'interprétation
Posons quelques jalons au départ, concernant nos méthodes de recherche. Tout d'abord, il ne s'agit pas de nous engager dans un débat venimeux avec des frères; notre désir profond est de discerner, dans un esprit d'amour fraternel, la pensée véritable de Dieu, d'autant plus que le sujet est d'une si grande importance.
En deuxième lieu, acceptons d'emblée un principe fondamental en toute question touchant à la foi et à la vie chrétiennes, savoir que l'autorité finale est l'Ecriture sainte, et non pas telle ou telle expérience subjective. En d'autres termes, la parole de Dieu doit expliquer, jeter une lumière sur nos expériences, plutôt que le contraire.
Troisièmement, il nous sera d'une grande utilité de distinguer entre l'orientation du livre des Actes et des épîtres. Le premier raconte une histoire, celle des premières années de l'Eglise, marquée par un déploiement rapide de l'Evangile dans une grande variété de lieux et de circonstances. Ainsi que nous verrons ci-après, aucun incident isolé, raconté dans ce livre, ne peut être considéré comme normatif dans tous ses détails pour l'expérience de l'Eglise en tout temps et partout. Par contre, les épîtres développent un enseignement doctrinal et une application pratique qui, eux, interprètent l'histoire du livre des Actes et ont une valeur normative pour l'Eglise en tout temps et partout. En d'autres termes, il nous serait téméraire de vouloir reproduire telle expérience du livre des Actes dans notre situation actuelle, sans tenir compte des instructions et exhortations adressées par les apôtres aux églises.
Enfin, bornons-nous pour l'instant à ne parler que du baptême du Saint-Esprit, tout en nous rappelant qu'il ne s'agit là que d'un aspect de Son oeuvre, et que par la suite, si Dieu le permet, nous étudierons tour à tour la plénitude, le fruit et les dons du Saint-Esprit.

Aux origines de l'Eglise
Une étude comparée des textes qui en parlent nous conduit à la conclusion que le baptême du Saint-Esprit doit être compris de deux manières. Il y a d'abord l'événement historique raconté dans les Actes, lorsque le Père envoie l'Esprit sur l'Eglise, exauçant ainsi la demande du Christ ressuscité et glorifié. Cet événement se produit, en réalité, en plusieurs étapes, dont les plus importantes sont celles du jour de la Pentecôte à Jérusalem (ch. 2), des Samaritains (ch. 8) et des païens dans la maison de Corneille (ch. 10). Ce don, fait tour à tour aux juifs, aux mi-juifs qu'étaient les Samaritains et aux païens, est accompagné de manifestations surnaturelles qui l'authentifient. Ce don est définitif, accordé par Dieu à l'Eglise une fois pour toutes (cf. Jean 14, 16 - «afin qu'il demeure éternellement avec vous»). A partir de ce moment-là, conformément à la promesse du Seigneur, le Saint-Esprit sera toujours au milieu de, auprès de, et dans les chrétiens.
Oui, l'Eglise naissante reçoit l'Esprit de Dieu descendu du ciel en accomplissement des promesses et des prophéties faites, d'abord dans l'Ancien Testament par Joël (2, 28-32), et ensuite dans les Evangiles par Jean-Baptiste (Mt. 3, 11; Mc. l', 8; Lc. 3, 16). Puis, dans son témoignage, Jean identifie Jésus comme Celui qui baptise du Saint-Esprit (Jn. l, 33). Jésus lui-même, au grand jour de la fête des Tabernacles, promet l'Esprit-Saint (Jn. 7, 37). Enfin, le jour de son ascension, Jésus rappelle aux disciples l'annonce qu'Il leur avait faite de la promesse du Père (Ac. l, 4). Le jour de la Pentecôte à Jérusalem, Pierre reconnaît immédiatement l'accomplissement de la promesse de Joël. Ensuite, racontant à l'église de Jérusalem ce qu'il avait vu dans la maison de Corneille, Pierre déclare: «Dieu leur a accordé le même don qu'à nous qui avons cru au Seigneur Jésus» (Ac. 11, 17).
Le don de l'Esprit, accordé par le Père à l'Eglise une fois pour toutes, est accompagné de signes, de manifestations extérieures: langues de feu, un vent qui souffle, glossolalie, prophéties, et prédications puissantes et fructueuses. S'agit-il là de phénomènes qui doivent nécessairement se reproduire sur tous partout et en tout temps? Si oui, quel récit doit être notre modèle:celui de Jérusalem (ch.2), de Samarie (ch.8), de la maison de Corneille (ch. 10), ou encore d'Ephèse (ch. 19)? Car une lecture comparée de ces quatre textes fera constater aussitôt une gamme de nuances dans les détails! Quelle est alors la raison de tous ces signes accompagnateurs, sinon d'authentifier l'intervention de Dieu, de prouver que c'est lui qui agit et que la promesse de Jésus s'accomplit véritablement? Les signes visibles confirment la source divine et la portée infinie de l'événement et déclarent que l'oeuvre de Christ est parfaite et agréée par Dieu, que Jésus est à la droite du Père et que l'Esprit est descendu de là pour prendre la relève.

Et maintenant?
En réponse à la question: «Quelqu'un peut-il être sauvé sans avoir reçu le baptême de l'Esprit?» un auteur chrétien bien connu écrit: «Nous croyons que non, car le texte de 1 Cor. 12, 13 nous dit clairement que nous avons tous été baptisés en un seul Esprit, pour former un seul corps. Cette épître fut adressée, non seulement à tous les croyants de Corinthe, mais 'à tous ceux qui invoquent en quelque lieu que ce soit le nom de notre Seigneur Jésus-Christ' (1,2). Aucun texte de l'Ecriture ne présente le baptême de l'Esprit comme une expérience subséquente à la conversion; au contraire, la seule condition pour le recevoir est de croire à l'évangile.»
La traduction littérale, barbare certes, nous donnera une compréhension plus exacte de la pensée de l'apôtre: «Nous fûmes tous, en effet, baptisés en (avec) un seul Esprit jusque dans un seul corps...». Nous fûmes tous: il est question pour le croyant - quelque soit son état spirituel - d'un fait accompli qui a des conséquences définitives et permanentes.
Il n'est pas étonnant, alors, que les épîtres, qui donnent l'enseignement normatif concernant notre vie à chacun, ainsi que celle de l'église locale, ne fassent aucune allusion à de nouvelles pentecôtes. Lorsque Paul parle du baptême de l'Esprit, il est évident qu'il ne pense pas à ce qui s'est passé le jour de la Pentecôte (voir par ex. Ro. 6, 3-4; 8, 9; Gal. 3, 27; 4, 6; Col. 2, 12; en plus de notre texte ci-dessus). L'apôtre parle d'une réalité que connaît tout chrétien véritable: le baptême du Saint-Esprit est synonyme de régénération.
Le jour où vous et moi, par la repentance et la foi, avons reconnu en Jésus-Christ notre Sauveur et notre Maître, à ce moment même - aboutissement d'une oeuvre préparatoire, surnaturelle, d'illumination et de conviction - le Saint-Esprit nous a régénérés. C'est-à-dire qu'Il nous a ressuscités de la mort spirituelle, nous a donné cette vie nouvelle qui n'est rien d'autre que la vie du Christ ressuscité. En d'autres termes, Il nous a «baptisés» nous a plongés en Christ, nous identifiant à Jésus-Christ dans sa mort, dans sa résurrection et dans sa vie de ressuscité. Plus encore, déclare l'apôtre: nous sommes intégrés dans son corps. C'est là, d'ailleurs, le baptême véritable, ce dont le baptême d'eau est le signe et le témoignage! Nous sommes devant un fait accompli, une réalité qui devrait faire jaillir louanges et actions de grâces. Ne commettons pas alors l'erreur de prier pour le baptême de l'Esprit; pourquoi demander ce que Dieu nous a déjà donné et qu'Il nous a donné une fois pour toutes? Ce que nous ayons à rechercher, en revanche, c'est la plénitude de l'Esprit (Eph. 5, 18). N'aspirons pas non plus à un don spirituel spectaculaire qui serait supposé être la manifestation de ce baptême; l'Ecriture nous invite à désirer plutôt le fruit du Saint-Esprit. Mais il y a là matière qui mérite plusieurs études ultérieures...

What is Promesses ? Accueil  |  Catalogue  |  Recherche  |  Liens  |  Impressum  |  La Bible